Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

PLACE DE LA SCINTIGRAPHIE OSSEUSE DANS LE BILAN D’EXTENSION DES METASTASES DES CANCERS DE LA PROSTATES AU SENEGAL : ETUDE PRELIMINAIRE A PROPOS DE 45 CAS.

L’âge moyen était de 66,71 ans avec des extrêmes allant de 50 à 80 ans ; la scintigraphie osseuse (SO) était positive chez 33 % des patients. Ces derniers étaient symptomatiques dans 66,7 % des cas. Une SO négative n’a été trouvée que pour 3,3 % de patients présentant des douleurs osseuses. Parmi les patients métastatiques, 75 % avaient un taux de PSA supérieur ou égal à 50 ng/mL et 98 % avaient un PSA supérieur ou égal à 100 ng/mL ; le score de Gleason était supérieur ou égal à 7 chez 80 % d’entre eux. La SO a montré des localisations multiples dans 80 % des cas contre 20 % de lésions isolées. Dans tous les cas, il s’agissait d’hyperfixations intenses et focales au niveau du squelette axial, appendiculaire et du crâne avec 40 % d’atteintes exclusives du squelette axial. Nous n’avons pas trouvé de localisation focale appendiculaire exclusive ni de localisation diffuse du squelette axial (Superscan). La topographie des lésions trouvées au niveau du squelette axial montrait par ordre de fréquence décroissante le rachis (66,66 %), les côtes (58,33 %), le pelvis (33 %), le crâne était affecté dans 17 % des cas et la partie proximale du squelette appendiculaire (fémurs et humérus) dans 16,16 % des cas. La SO a un rôle majeur à jouer. Elle permet de décrire les différentes localisations, la quantification des métastases cancéreuses de la prostate et de donner le pronostic.


Auteur(s) : B. Ndong a,*, M. Mbodj a, G. Mbaye b, O. Ndoye a, E.H.A.L. Bathily a, L.A.D. Diouf b,
Pages : 586-590
Année de publication : 2012
Revue : Médecine Nucléaire, revue francophone
N° de volume : vol 36 N° 19
Type : Article
Statut Editorial : science directe
Mise en ligne par : BATHILY El Hadji Amadou Lamine