Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Niveau de participation et choix occupationels sur le marché du travail au Senegal : une analyse longitudinale en pseudo-panel

La politique de l’emploi a toujours été au centre des préoccupations des décideurs publics au Sénégal. Beaucoup de moyens sont investis dans l’éducation aussi bien par l’Etat que par les individus eux-mêmes parce que le diplôme est considéré à la fois comme un signal et un filtre qui accroît les chances de trouver un emploi. Dans cette thèse, nous étudions les facteurs explicatifs du niveau de participation au marché du travail et des choix occupationnels au Sénégal. La participation est appréhendée comme étant le fait de trouver une occupation ; les choix occupationnels concernent : le public et parapublic, le privé, et les emplois indépendants. Nous utilisons, d’une part, la méthode des moindres carrés quasi généralisés sur un pseudo panel construit à partir de quatre enquêtes nationales (ESP 1992 ; ESAMI 1995 ; ESAM2 2002 et ESPS 2006) ; d’autre part, un logit multinomial pour analyser les choix de secteur d’activité à partir de l’enquête ESPS. Nous avons trouvé qu’il existe une « rente de participation » sur le marché du travail puisque les résultats montrent qu’en moyenne, un individu qui trouve une occupation ne retombe pas dans le chômage. Par ailleurs, il y a une « saturation quantitative » dans la ville de Dakar et des externalités positives liées à l’appartenance à un ménage riche. En outre, le fait d’arrêter les études au secondaire réduit la probabilité de participer au marché du travail alors que le fait d’atteindre l’enseignement supérieur l’augmente. L’enseignement primaire a un effet positif mais non significatif. Concernant les choix occupationnels, les résultats montrent que les travailleurs du secteur public ou parapublic, préfèrent y rester (plutôt que d’aller dans le privé) quel que soit leur niveau d’instruction et cette position se consolide pour ceux qui ont les niveaux les plus élevés Quel que soit le niveau d’éducation, les travailleurs indépendants préfèrent devenir des salariés du secteur privé. Cette préférence est plus forte pour ceux qui ont les niveaux d’éducation les plus élevés. La trajectoire « naturelle » de la population active du Sénégal est : secteur public ou parapublic, secteur privé, emplois indépendants.


Auteur(s) : thèse
Année de publication : 2011
Revue : Thèse PhD-PTCI/FASEG/UCAD
Type : These
Mise en ligne par : KANE Abou