Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La chirurgie œsogastrique fonctionnelle laparoscopique : Impact de l'artère hépatique gauche dans la faisabilité et les résultats

L'artère hépatique gauche pose le problème de sa section lors de la chirurgie oesogastrique fonctionnelle par voie laparoscopique alors que le type de vascularisation artérielle du foie n'est pas évalué en préopératoire. L'objectif de cette étude est d'étudier la fréquence de cette variation anatomique et d'évaluer son incidence sur la faisabilité et les résultats de la chirurgie oesogastrique fonctionnelle par voie laparoscopique. Les auteurs ont mené une étude rétrospective portant sur 93 dossiers de patients opérés pour une chirurgie oesogastrique fonctionnelle par voie laparoscopique. Il s'agissait de 57 hommes et de 36 femmes, âgés de 17 à 70 ans avec une moyenne d'âge de 35,6 ans. Les indications étaient 64 cas de vagotomie tronculaire associée à un drainage gastrique pour sténose pyloro-duodénale ulcéreuse complète, 15 cas de fundoplicature de Nissen- Rossetti et 14 cas de cardiomyotomie de Heller. La technique chirurgicale dans ces trois indications comportait l'effondrement du petit épiploon, la recherche de l'artère hépatique gauche et la dissection du hiatus oesophagien. 25 cas d'artère hépatique gauche ont été retrouvés, soit une fréquence de 26,9%. L'artère était longue, d'un calibre supérieur à 3 mm chez 8 patients (32%) ; elle était grêle, courte et bridant le petit épiploon chez 11 patients (44%), rendant difficile la dissection du hiatus oesophagien ; elle était grêle, longue, sinueuse et facilement mobilisable chez 6 patients (24%). Elle coexistait toujours avec une artère hépatique moyenne. La section de l'artère hépatique gauche était effectuée chez 11 patients (44%) et était toujours précédée d'une épreuve de clampage. Les auteurs ont noté un cas de blessure accidentelle de l'artère (4%). Aucune conversion liée à la présence de l'artère hépatique gauche n'était notée. Nous n'avons pas observé d'anomalie de la coloration hépatique en peropératoire. Les suites opératoires étaient simples. Les résultats fonctionnels étaient bons. Avec un recul de 5 mois à 5 ans, nous n'avons pas enregistré d'altération de la fonction hépatique chez les patients. L'artère hépatique gauche devrait être conservée, autant que faire se peut au cours de la chirurgie oesogastrique fonctionnelle laparoscopique même si elle peut rendre difficile la dissection du hiatus oesophagien. Dans les cas où sa conservation est impossible, sa section devrait être précédée par une épreuve de clampage. Les explorations morphologiques vasculaires préopératoires devraient être discutées pour éviter les complications ischémiques hépatiques.


Auteur(s) : O. KA, P.A. BA, M. DIENG, I. KA, M. CISSE, A.O. TOURE, A. DIA, C.T. TOURE
Pages : 55-58
Année de publication : 2010
Revue : Le journal de Coelio-chirurgie
N° de volume : 73
Type : Article
Mise en ligne par : KA Ousmane