Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« Dans la nuit tamoule… » : la mort et l’ordre sacral des signes »,

La mort a un statut particulier dans les sociétés africaines. Mais, à la rencontre des civilisations, Senghor la repense de manière à réaliser la conjonction de toutes les cultures. La dernière strophe du poème est représentative de l'esthétique de la mort dans les Elégies majeures.


Auteur(s) : Alioune Diané
Pages : pp.201-216.
Année de publication : 2016
Revue : Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop, Dakar, no 46/A, ARCIV,
Type : Article
Mise en ligne par : DIANE Alioune