Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Réponse du fonio blanc (Digitaria exilis Stapf) à l’inoculation avec des champignons mycorhiziens à arbuscules en conditions semi-contrôlées.

Le fonio blanc (Digitaria exilis Stapf), malgré ses nombreuses qualités nutritionnelles et thérapeutiques, est considéré comme une culture négligée ou mineure dans plusieurs pays ouest-africains. Bien que le fonio, comme toute céréale s’associerait à des champignons mycorhiziens à arbuscules (CMA), aucune donnée n’a encore été publiée sur son statut mycorhizien. L’objectif de cette étude était de déterminer la dépendance mycorhizienne du fonio à l’inoculation avec des champignons mycorhiziens à arbuscules (CMA). Une accession de fonio provenant de la région de Sédhiou (sud du Sénégal) a été inoculée avec sept espèces de CMA (Glomus aggregatum, G. fasciculatum, G. etunicatum, G. manihotis, G. mosseae, G. verriculosum et Rhizophagus irregularis). Un dispositif expérimental complètement aléatoire avec dix plants par traitement a été utilisé pour comparer les sept traitements inoculés avec les sept souches de CMA en conditions semi-contrôlées. Après 110 jours de culture, les paramètres de mycorhzation et de croissance ont été mesurés. Les résultats ont montré que les taux de mycorhization les plus élevés ont été obtenus avec G. aggregatum et R. irregularis alors que l’inoculation avec G. verriculosum, G. manihotis et R. irregularis a amélioré significativement la biomasse des plants de fonio. Des effets positifs significatifs de l’inoculation mycorhizienne ont également été observés en fonction des espèces de CMA avec des augmentations sur la biomasse totale (+14,44% à +45,56%), le tallage (+15,79% à 31,58% à l’exception de G. etunicatum, G. manihotis), la production de feuilles (+13,41% à +35,79%), de panicules (+20,70% à 39,24%) et de racèmes (+52,94% à +125,29%). Les résultats ont montré que le fonio répond bien à l’inoculation mycorhizienne avec cependant un degré de dépendance variable en fonction de l’espèce de CMA. Ceci suggère que l’utilisation de CMA comme biofertilisant pourrait constituer une stratégie prometteuse pour contribuer à l’amélioration de la productivité du fonio au Sénégal et dans d’autres pays ouest-africains.


Auteur(s) : Ndoye F., Diedhiou A.G., Gueye M., Fall D., Barnaud A., Sy M.O., Noba K., Diouf D., Kane A.
Pages : 9784-9799
Année de publication : 2016
Revue : Journal of Applied Biosciences
N° de volume : 103
Type : Article
Mise en ligne par : DIOUF Diégane