Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La détresse respiratoire du nouveau-né à terme au service de néonatologie du Centre hospitalier d’enfants Albert Royer de Dakar, Sénégal

Introduction : La Détresse Respiratoire (DR) est fréquente en néonatalogie, souvent liée à des diffi- cultés d’adaptation ou à l’infection. Objectifs : Décrire les aspects épidémiologique, clinique, thérapeutique et pronostique de la détresse respiratoire du nouveau-né à terme au service de néonatologie Centre hospitalier National d’Enfants Albert Royer de Dakar (CHNEAR). Patients et méthode : Etude rétrospective, descriptive du 1er janvier au 31 décembre 2014, concer- nant les nouveau-nés à terme hospitalisés pour détresse respiratoire. Résultats : Nous avons colligé 214 cas de DR, soit une fréquence de 34,8% des nouveau-nés à terme. Le sex-ratio était de 1,06 et l’âge moyen de 8,5 jours. L’accouchement était fait par césarienne dans 39 cas (18,2%) et 132 nouveau-nés (61,5%) étaient eutrophiques. Une réanimation en salle de nais- sance avait été nécessaire pour 86 nouveau-nés (40,2%). La DR était précoce en salle de naissance dans 75 cas (35,0%) et 107 nouveau-nés (50%) étaient admis avant 48 heures de vie. Le transfert était fait par transport en commun dans 92 cas (42,8%). La DR était sévère chez 102 nouveau-nés (47,7 %). La SpO2 moyenne était de 78% sous oxygène à l’admission. Les principales étiologies étaient l’infection néonatale (118 cas ; 55,1%), l’asphyxie périnatale (53 cas ; 24,8%), l’inhalation méconiale (30 cas ; 14,0 %), les cardiopathies congénitales (29 cas ; 13,5%), la bronchiolite aiguë 20 cas ; (9,3%), l’atrésie des choanes (9 cas ; 4,2%). Une ventilation artificielle était réalisée pour 45 nouveau- nés (21,0%). La létalité était de 31,8% (68 décès). Cette létalité était significativement associée à l’existence d’une détresse respiratoire en salle de naissance (p = 0,007 ; OR 2,2), d’une hypertension artérielle pulmonaire (p <0,001 ; OR 5,1), d’un pneumothorax (p < 0,001 ; OR 3,3), d’une inhalation méconiale (p = 0,006 ; OR 4,0), et d’une cardiopathie congénitale (p = 0,004 ; OR 3,7). Conclusion : Les détresses respiratoires néonatales sont fréquentes et sont associées à une létalité élevée. La prise en charge en salle de naissance, pendant le transfert et en néonatologie doit être améliorée.


Auteur(s) : P.M. FAyE, I.D. BA, N.R. DIAgNE-gUEyE, y.J. DIENg, M. gUEyE, A. BA1, N.F. SOw, M.A. SECk, M. FAttAH, A. tHIONgANE, A.L. FALL, S. DIOUF1, O. NDIAyE, H.
Pages : 35-43
Année de publication : 2016
Revue : Médecine d’Afrique Noire
N° de volume : 63
Type : Article
Mise en ligne par : FAYE Papa Moctar