Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Les abcès rétro et parapharyngés chez l’enfant : particularités diagnostiques et thérapeutiques dans un hôpital pédiatrique à Dakar (Sénégal)

Introduction : Les abcès rétro et parapharyngés (ARPP) sont des suppurations profondes du pharynx touchant avec prédilection l’enfant de moins de 5 ans et pouvant être associées à une morbidité et une mortalité élevées. Patients et méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective et descriptive, portant sur les dossiers d’enfants âgés de moins de 15 ans et hospitalisés dans la période novembre 2010 à octobre 2012 (2 ans) dans le service des urgences du Centre Hospitalier National d’Enfants Albert Royer (CHNEAR) de Dakar pour ARPP. Au niveau des dossiers médicaux, nous avons recueilli les données socio-démographiques (âge, genre, niveau socio-économique, adresse), cliniques (durée d’évolution, température à l’entrée, signes fonctionnels, signes respiratoires), biologiques (hémogramme, CRP, bac- tériologie du liquide de ponction ou de drainage), imagerie (radiographies de profil des parties molles du cou, tomodensitométrie cervicale), thérapeutiques (antibiothérapie, incision-drainage) et évolutives (à court terme après drainage chirurgical puis après un recul de six mois). Résultats : Neuf patients ont été hospitalisés pour ARPP durant la période de l’étude. L’âge moyen était de 28 mois avec des extrêmes entre 4 mois et 84 mois. Il y avait 7 garçons et 2 filles. Une notion d’infection des voies aériennes supérieures était retrouvée chez huit patients. Les signes cliniques les plus fréquents étaient : les difficultés d’alimentation (9 cas), le bombement pharyngé (9 cas), la fièvre (9 cas), la dyspnée inspiratoire (7 cas) avec stridor (7 cas). Le diagnostic suspecté sur les éléments cliniques était conforté par une radiographie des parties molles du cou de profil chez tous les patients et par la tomodensitométrie cervicale chez un patient. Tous les patients ont bénéficié d’une incision chirurgicale en plus de l’antibiothérapie. Les bactéries isolées étaient : Staphylococcus aureus méthi- sen-sible (n = 2), Streptococcus pneumoniae (n = 1), Streptococcus ssp (n = 1), Mycobacterium tuber-culosis (n = 1). L’évolution était favorable chez tous nos patients. Conclusion : Les ARPP doivent être évoqués devant tout nourrisson présentant une dysphagie fébrile avec des difficultés respiratoires. Dans notre contexte, la radiographie des parties molles du cou peut aider au diagnostic en l’absence d’une tomodensitométrie en urgence.


Auteur(s) : P.M. FAYE, A.A. NDONGO, M. GUEYE, I.D. BA, N.R. DIAGNE-GUEYE, A. LY-BA, A.L. FALLM. NDIAYE3, E. DIOM, A. BA, O. NDIAYE, M. BA, M. SARR
Pages : 543-549
Année de publication : 2014
Revue : Médecine d'Afrique Noire
N° de volume : 61
Type : Article
Mise en ligne par : FAYE Papa Moctar