Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Management des Partenariats Public-Privé et développement des infrastructures sportives au Sénégal: enjeux, défis et conflits potentiels

Les Partenariats Public-Privé (PPP) sont la conséquence de l’application des théories néolibérales dans les administrations publiques ; celles-ci connaissent des dysfonctionnements qui rendent impérieux le recours aux techniques empruntées du secteur privé comme le recommandent les adeptes du New Management Public (NMP) (Mclean, 1987). Aussi, après avoir conquis les États développés, se sont-ils implantés dans les Pays en Voie de Développement (PVD). Parmi ces pays, ceux d’Afrique francophone qui restent un terrain d’application des méthodes et techniques préconisées par les Organisations Financières Internationales (OFI) comme la Banque Mondiale (BM) ou le Fonds Monétaire Internationale (FMI). Autant dire que si le NMP a posé les germes de l’adoption des PPP dans les administrations publiques, il a fallu s’appuyer sur les OFI pour les mettre en place ; selon Mazouz et al. (2006), l’isomorphisme institutionnel et l’hétéromorphisme organisationnel, notés avec les théories néo-institutionnelles posées par Di Maggio et Powell (1983), permettent de comprendre la diffusion à l’échelle internationale de telles techniques, valeurs et nouveaux modes de gouvernance liés au NMP. Pourtant, l’introduction des PPP dans les Pays d’Afrique Francophone (PAF) ne s’opère pas sans difficultés puisque le changement de législation ne signifie pas forcément la signature de contrats de partenariat entre le public et le privé ; au Sénégal, qui nous sert d’exemple, l’adoption de textes relatifs aux PPP s’est vite confrontée à des conditions peu propices au développement de ceux-ci. Ce que relèvent les exposés des motifs des lois modifiant celle du 13 mars 2004 sur les contrats de Construction-Exploitation-Transfert (CET) (JORS, n° 6481, 2009 ; JORS, n° 6611, 2011 ; JORS, n°6781, 2014). Dès lors, il convient de se demander pourquoi les PPP, malgré les réformes légales et réglementaires, s’imposent difficilement dans le contexte sénégalais ? Autrement, pourquoi les efforts législatifs et réglementaires n’ont-ils pas permis aux pouvoirs publics d’imposer la gestion partenariale des services et infrastructures publiques, notamment sportives ?


Auteur(s) : Djibril DIOUF
Pages : 95-115
Année de publication : 2015
Revue : In Réformes Publiques : Expériences et Enseignements, l'Harmattan
N° de volume : -
Type : Article
Statut Editorial : Management public
Mise en ligne par : DIOUF Djibril