Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

1.L’Ascension et l’Ivresse dans la poésie soufie : l’eau, support symbolique de Cheikh Moussa Kâ.

Depuis le IXe siècle, la poésie a toujours été, pour certains maîtres du Tas?awwuf, une forme d’expression majeure du vécu spirituel. Cette fonction, essentielle et exclusive chez les soufis solitaires, fut renforcée plus tard, à travers l’évolution confrérique, par une seconde vocation non moins intense qui assimilait la poésie à une forme d’invocation de Dieu (adh-dhikr). Cet article propose de revisiter les poèmes écrits en wolof par le soufi Cheikh Moussa Kâ, disciple de Cheikh Ahmadou Bamba. Le disciple et le maître ont tous deux évolué entre le XIXe et le XXe siècle, en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Sénégal. Ces poèmes en question révèlent une maîtrise surprenante de ce langage à travers lequel se superposent et s’enchevêtrent les voiles symboliques du monde réel avec ceux métaphysiques de la dimension spirituelle. Toutefois, son expression poétique semble suggérer une certaine originalité dans la construction symbolique qu’il semble avoir réadaptée à ses propres réalités sociohistoriques.


Auteur(s) : Saliou NDIAYE
Pages : 41-60
Année de publication : 2015
Revue : Annales du Patrimoine
N° de volume : 15 (français)
Type : Article
Statut Editorial : REVUE SCIENTIFIQUE
Mise en ligne par : NDIAYE Saliou