Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Bilder Afrikas in Chima Ojis Werk „Unter die Deutschen gefallen“ und Stadlers Werk „Ausflug nach Afrika“: Ein Porträt zwischen Exotismus und Status Quo

L'image de l'Afrique dans les littératures d'Allemagne n'a pas fondamentalement évolué. En effet, depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours, l'Afrique continue d'être le continent mythique et mystique dans l'imaginaire européen. C'est ainsi que la majeure partie des œuvres littéraires, cinématographiques et plastiques utilise comme toile de fond cette image figée. L´analyse dans cet article se situe à ce niveau. Il s´agit, en interrogeant les discours sur les représentations et l´imaginaire, de faire une lecture de ces deux œuvres littéraires qui ont pour thème l´Afrique. La première est un récit de voyage, dont l´esthétique de narration utilise un narrateur, figure principale et anti-héro nommé Engelbert Hotz. Arnold Stadler, auteur et journaliste allemand, s'est, afin de déconstruire l´image négative, joué de la naïveté toute faite des gens de la « Hinterland » allemande dans son œuvre Ausflug nach Afrika (2006) et a utilisé Engelbert Hotz à ce propos. L´anti-héros, Engelbert Hotz, est l´archétype du touriste naïf avec la tête remplie d´exotisme souvent exagérée, des images de l´Afrique dans lesquelles pygmées et cannibales ornent le quotidien. Sur un autre registre, l´article s´est intéressé à l´œuvre de Chima Oji, dentiste nigérian qui décrit sa rencontre avec le peuple allemand durant ses années d'études, les années 70. Dans son œuvre Unter die Deutschen gefallen, publiée en 1992, un bilan sombre des questions interculturelles est dessiné. Toutes les deux œuvrent contribuent, dans cet article, à démontrer les impacts et fonctionnalités de ces images dans les rencontres interculturelles.


Auteur(s) : Amadou Oury Ba
Pages : p.139-152
Année de publication : 2013
Revue : Annales de la faculté des Lettres et Sciences humaines
N° de volume : N°41/A-2010
Type : Article
Statut Editorial : publié
Mise en ligne par : BA Amadou Oury