Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La recherche historique à l’IFAN et la question de l’intégration africaine

Réaliser l’objectif de l’exploitation économique de ses territoires conquis, conformément à son projet colonial, avait nécessité, pour la France, la production de savoirs scientifiques sur leur milieu naturel et humain. L’idée de la création de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), concrétisée en 1936, s’inscrivait dans cette perspective. Les missions qui lui étaient assignées se résumaient à l’exploration de l’AOF dans ses virtualités les plus profondes, pour une meilleure connaissance de sa faune, sa flore, ses habitants et son histoire. L’IFAN s’étant inscrit dans la dynamique de la politique coloniale, la plupart de ses travaux reflétaient cette orientation. La centralisation des moyens de la recherche reflétait, à l’époque coloniale, un souci d’efficacité calqué sur la structuration de l’espace conquis dans de vastes ensembles territoriaux regroupés par zones géographiques : AOF et AEF. Au lendemain des indépendances, l’acronyme, tout en conservant ses lettres, devient, en 1966, Institut fondamental d’Afrique noire. Ce changement de dénomination traduit une nouvelle politique de l’État sénégalais visant à « décoloniser » la recherche à l’IFAN. Cela s’est traduit par un recrutement assez significatif de chercheurs africains, avec comme corollaire de nouvelles problématiques en rapport avec les préoccupations des jeunes États africains. La recherche historique consacrée à la question de l’intégration africaine s’est intéressée à la dynamique des sociétés africaines, en insistant sur les liens culturels, politiques et économiques nés des brassages séculaires entre les peuples.


Auteur(s) : Abdoulaye Touré, Ismaila Ciss, Rokhaya Fall et Seydou N. Toutré
Pages : pp.15-37.
Année de publication : 2014
Revue : Bulletin de l'IFAN( BIFAN)
N° de volume : Tome LVI
Type : Article
Statut Editorial : Revue scientifique
Mise en ligne par : CISS Ismaïla