Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Le procès du Pilon. Vom Palaver zum Tribunal: Le monde a changé, autrefois on n'avait pas besoin d'un tribunal

« Le procès du pilon», cette pièce de théâtre de l’ancien procureur Ousmane Goundiam, commence par une cérémonie de Ndëp. Lors de cette séance de Ndëp, comparable avec le vaudou, les tamtams résonnent pour accompagner les chanteurs et danseurs qui tombent en trance. Soudain, l’un des danseurs désigne pendant ses moments de trance quelqu’un et l’accuse d’être un dëm, un mangeur d’hommes. Ce dernier se sent offensé et porte plainte devant le procureur. Après cette journée très mouvementée, la nuit tombe et les habitants du village dorment d’un sommeil très profond. Dans la concession de Samba et son épouse Nogoye, il n’y a pas de place pour le sommeil parce que leur fils Ken Bugul malade ne cesse de hurler. Le lendemain le couple se rend chez le charlatan Malang qui, avec son pilon, prétend pouvoir tout faire. Le pilon est mesure de dénicher des malfaiteurs et même des dëm. Malang donne au couple une amulette, un gris-gris, que le petit garçon doit porter toujours autour du cou et promet la guérison. Au tribunal, c’est justement le charlatan Malang qui est assis au banc des accusés. Un plaignant l’accuse de lui avoir porté préjudice avec son pilon. Au tribunal, le procureur lui enjoint de montrer ce que son pilon est capable de faire. Si le pilon peut lui montrer des malfaiteurs et des dëm, il n’a qu’à le prouver dans cette salle de tribunal. Le charlatan n’est malheureusement pas en mesure de le faire parce qu’il se trouve ici dans un monde qui lui est étranger où il ne comprend même pas la langue qu’on parle. En réalité, le procès de Malang n’est rien d’autre que celui de l’Afrique traditionnelle, cette Afrique avec ses secrets, ses croyances parfois irrationnelles, cette Afrique de déracinés sans culture qui ne se rendent pas compte, comme le dit l’avocat dans son plaidoyer, que les « idées religieuses ou cosmogoniques ne se laissent pas détruire aussi facilement qu’on le pense ».


Auteur(s) : Mamadou DIOP
Année de publication : 2011
Revue : Szene und Tribunal - Orte der "Weltschoepfung
Type : Article
Mise en ligne par : DIOP Mamadou