Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

????Cystectomies pour cancers localement avancés de vessie à lhôpital général de grand yoff

Buts. — E?tudier la faisabilite? de la cystectomie totale pour cancer localement avance? de la vessie et e?valuer la morbidite? pe?riope?ratoire et les re?sultats a? court terme. Patients et me?thodes. — Nous avons re?alise? une e?tude re?trospective concernant les 12 premiers patients ayant eu une cystectomie totale pour cancer infiltrant de la vessie dans notre ho?pital sur une pe?riode d’un an. Les parame?tres d’e?tude e?taient: l’a?ge au moment du diagnostic, les circonstances du diagnostic, les ante?ce?dents du patient, le type histologique et le stade TNM avant et apre?s intervention, le type de de?rivation associe?, la dure?e de l’intervention, l’anesthe?sie, les complications et la morbidite? per- et postope?ratoires. Nous avons re?alise? des calculs de moyenne et de fre?quence pour l’analyse des donne?es. Re?sultats. — L’a?ge moyen e?tait de 51 ans (extre?mes : 32 ; 83). Il s’agissait de neuf hommes et trois femmes. Les circonstances de diagnostic e?taient domine?es par l’he?maturie totale et en moindre fre?quence par la pollakiurie. Les ante?ce?dents des patients e?taient domine?s par la bil- harziose (cinq cas) et le tabagisme (deux cas). Le type histologique obtenu en pre?ope?ratoire apre?s biopsie ou re?section transure?trale de vessie retrouvait, sept cas de carcinome e?pider- moi?de, quatre cas de carcinome urothe?lial et un cas d’ade?nocarcinome. En pre?ope?ratoire, trois patients e?taient au stade pT2, huit patients pT3, un pT4. Quatre patients ont eu unremplacement de vessie : trois par une vessie en Z et un patient avait eu un Camey II. Il s’agissait des trois patients pT2 pre?ope?ratoire et un patient pT3. Deux patients avaient eu une ure?tero- sigmoidostomie type Coffey : le patient pT4 et une patiente pT3. Les six autres patients avaient eu un Bricker. Sur le plan he?modynamique tous les patients ont eu une transfusion sanguine perope?ratoire (deux unite?s en moyenne). Nous n’avons eu aucune mortalite? pe?riope?ratoire. Les complications et morbidite? e?taient repre?sente?es par les suppurations de paroi (trois cas), une fistule ve?sicocutane?e (un cas), les infections urinaires et l’ane?mie qui e?tait constante. Conclusion. — Le cancer de vessie pose un re?el proble?me de prise en charge dans nos re?gions du fait du diagnostic tardif.


Auteur(s) : L. Niang?, R. Kane, I. Labou, M. Jalloh, M. Ndoye, K.A. Konte?, J.-J. Diaw, S.-C. Kouka, S.-M. Gueye
Pages : 121-125
Année de publication : 2011
Revue : Progrès en Urologie
N° de volume : 21
Type : Article
Mise en ligne par : NIANG Lamine