Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Intoxication aux insecticides organophosphorés. A propos de cinq cas

Les intoxications aux insecticides organophosphorés représentent une importante cause de morbidité et de mortalité. L’objectif de ce travail était de tracer un profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif des intoxications aiguës par les insecticides. C’est une étude rétrospective recouvrant la période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2007 incluant tous les cas d’intoxication par insecticides admis à la réanimation médicale de l’hôpital principal de Dakar. Les paramètres étudiés étaient : le motif de d’hospitalisation; le délai de la prise en charge ; le produit incriminé ; les signes cliniques à l’admission ; le bilan biologique ; le traitement administré et l’évolution. Les intoxications tous produits confondus représentaient 1,75% des hospitalisations en réanimation ; les organophosphorés ont été incriminés dans 5 cas (11,6%). L’âge moyen était de 29,6 ans avec un sex-ratio à 1,5. Trois cas de prise accidentelle ont été notés contre 2 cas de tentative d’autolyse. Le « baygon » et les poudres anti cafard ont incriminés chacun dans 2 cas contre un cas pour le malathiom. Tous les patients avaient présenté un syndrome muscarinique contre 66% pour le syndrome nicotinique et central et 33% pour le syndrome retardé. L’atropine a été administrée dans 4 cas avec une posologie moyenne de 0,78 mg/heure pour une durée moyenne de 60 heures ; deux cas ont nécessité une assistance ventilatoire. L’évolution a été favorable dans 4 cas avec une durée d’hospitalisation moyenne de 4,4 jours.


Auteur(s) : Wade KA, Latame J, Touré-Fall R, Niang EHM, Diallo A, Diouf E.
Pages : 101-105
Année de publication : 2012
Revue : Rev. Afr. Anesth. Méd. Urg
N° de volume : 17(3)
Type : Article
Statut Editorial : Publié
Mise en ligne par : DIOUF Elisabeth