Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La réciprocité en guj??h?r, langue nyun, parlée au sud du Sénégal.

Cet article a pour but d’analyser la réciprocité en guj??h?r, une langue nyun du groupe Niger-Congo. La réciprocité est un des mécanismes de la voix moyenne qui selon Voisin (2002) « indique que les participants jouent les mêmes rôles dans l’événement l’un sur l’autre et sont à la fois agent et patient du procès décrit par le prédicat ». Avant d’aborder le l’objet du sujet, nous avons fait une brève présentation des particularités de la langue relatives aux classes nominales, à la distinction des voyelles –ATR et +ATR, à la morphologie verbale et à la valence verbale. Cette dernière est suivie de l’analyse des types d’encodage de la réciprocité. Pour cela, nous avons procédé par l’analyse de la distribution des marques morphologiques au niveau du verbe et du sens de certains verbes permettant d’exprimer la réciprocité. Ainsi, nous avons d’une part, la réciprocité prototypique lorsque la phrase réciproque peut être convertie en deux phrases indépendantes, dans lesquelles les participants peuvent inversement jouer les rôles d’agent et patient et elle est exprimé par le morphème -ay- qui est suffixé au verbe ou le contenu sémantique du verbe. D’autre part, nous avons la réciprocité non prototypique composée de la coparticipation marquée et de la coparticipation non marquée. Dans la coparticipation marquée par le morphème -ay-, il n’est pas possible d’obtenir à partir de la phrase réciproque deux phrases indépendantes. Quant à la coparticipation non marquée, l’expression de la réciprocité est aussi assumée par des lexèmes autonomes (k?nduk? « ensemble » et guduk? « un ».


Auteur(s) : GOUDIABY, Arame
Pages : 96-111
Année de publication : 2016
Revue : Revue du Centre de Linguistique Appliquée de Dakar, Sciences et Techniques du Langage (STL)
N° de volume : 11
Type : Article
Statut Editorial : national
Mise en ligne par : GOUDIABY Arame