Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Le système de gestion organisationnelle de la Covid-19 au Sénégal par les organisations à vocation sociale : évolution historique et diachronique.

Les autorités politiques sénégalaises ont assez vite considéré l’invasion de la COVID-19 en une situation de guerre. Le Président de la République, lors de son allocution à la Nation du 23 mars 2020, l’a qualifiée en ces termes : « Depuis trois mois, une véritable guerre mondiale s’est déclenchée contre cet ennemi commun. Notre pays n’est pas en reste ». Mais une guerre placée sur le front de la prévention ainsi que l’ont décrétée les autorités sanitaires qui ont déclaré que : « le combat contre le coronavirus se gagnera au niveau de la prévention ». Aussi toutes les forces vives du pays se sont-elles mobilisées contre cette urgence sanitaire ; les organisations à vocation sociale aussi. Pour des raisons objectives selon Denis Lindon pour qui : « Quels que soient leurs objectifs et leurs statuts particuliers, ces organisations ont en effet toujours pour vocation de provoquer, d’accélérer ou d’orienter le changement social, et ne peuvent parvenir à leurs fins qu’en modifiant les croyances, les attitudes ou les comportements de certaines populations. » Leur intervention se situant à un niveau légal, pour certains, et à un niveau légitime, pour d’autres, selon leur statut juridique. Cette architecture organisationnelle qui s’est mise en place, dès l’apparition du Coronavirus au Sénégal et au rythme de sa propagation, n’a pu être (ré)activée aussi vite que parce que le pays disposait déjà d’un système de gestion pré-établie. Un modèle, construit en fonction des circonstances historiques et des choix politiques de gouvernance, qui a évolué avec la Covid-19 selon la nomenclature qui suit : une gestion centralisée par l’Etat, au tout début de la crise, qui s’est élargie à une gestion déconcentrée vers les services publics avant de s’ouvrir sur une gestion décentralisée par des causes sociales.


Auteur(s) : El Hadji Mouhamadou Fadilou Diallo BA
Pages : pp. 469 à 488
Année de publication : 2020
Revue : Revue Africaine De sciences Politique Et Sociale (RAPSOS)
N° de volume : N°30
Type : Article
Mise en ligne par : BA El Hadji Mouhamadou Fadilou