Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La Philosophie platonicienne: un apprentissage de la mort

Selon Platon, la philosophie est un apprentissage de la mort (Phédon, 64a). Cette définition est doublement significative. D’une part, l’apprentissage de la mort, ?????? ???????, est un processus de rationalisation des affects qui s’exprime plus précisément dans ce que nous pouvons appeler le gouvernement de soi. C’est le mode de vie par excellence du philosophe. D’autre part, la mort physique qui coïncide avec la séparation définitive de l’âme et du corps, n’est pas un mal. Tout au contraire, c’est un bien, surtout pour « les bons ». L’apprentissage de la mort révèle également deux autres aspects. En effet, au souci épistémologique qui est souvent avancé comme la seule explication d’un tel choix de vie, doit s’ajouter impérativement un souci d’ordre religieux. Nonobstant la position de certains exégètes qui la rattachent plus à Socrate qu’à Platon, cette dimension religieuse est tout aussi importante. Telle est la thèse défendue dans cet article.


Auteur(s) : Khalia Haydara
Pages : 73-87
Année de publication : 2020
Revue : Le Cahier Philosophique d'Afrique
N° de volume : 019
Type : Article
Mise en ligne par : HAYDARA Khalia