Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Les aménagements hydro-agricoles des vallées de la Néma et de Médina Djikoye comme stratégies d’adaptation aux changements climatiques. Espoirs et vulnérabilités du socio-hydrosystème

Les déficits pluviométriques sévères enregistrés entre 1968 et 1999 ont entrainé la baisse de la production agricole et des revenus des paysans au Sénégal. En effet, l'agriculture est essentiellement pluviale, donc sensible aux aléas pluviométriques. C'est dans ce contexte climatique défavorable que des aménagements hydro-agricoles ont été réalisés dans les vallées de la Néma et de Médina Djikoye en vue de développer une agriculture irriguée intensive et diversifiée. L'Etat du Sénégal avait ainsi bénéficié de l'appui des partenaires du développement qui avaient intégralement financé et aménagé les ouvrages hydro-agricoles, les périmètres irrigués. Chaque intervenant avait conçu un aménagement à l'aune des ambitions du projet. Mais, le manque de cohérence entre les objectifs des intervenants et les logiques paysannes ont abouti à l'abandon de cinq périmètres aménagés. Depuis 1999, les effets durables des déficits pluviométriques persistent encore et justifient la construction de digues anti-sel. Les populations bénéficiaires participent à l'effort d'aménagement et initient une gouvernance collective des ouvrages. Les potentialités agroécologiques des vallées ont attiré les acteurs exogènes de plusieurs catégories socioprofessionnelles. Leurs stratégies d'accès au foncier ont conduit à la perte des terres de paysans.


Auteur(s) : Anastasie MENDY
Pages : 109 à 125
Année de publication : 2014
Revue : Éthique et économique/Ethics and Economics
N° de volume : volume 11, numéro 1
Type : Article
Mise en ligne par : MENDY Anastasie