Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

EXPLOITATION DU DITAKH A DABLE (THIOBON ) : UN SYSTEME DE GESTION A PART ENTIERE

Depuis plusieurs décennies, Dablé, un quartier de Thiobon (en Basse Casamance), s’identifie par l’exploitation du Detarium senegalense grâce à un système inégalable. Situé dans la Commune de Kartiack, Thiobon s’identifie dans cette région par ses activités d’exploitation unique des produits de cueillette. Cette activité se caractérise par son organisation assez spécifique du fait de la mise en place d’une structure très particulière par des acteurs désireux de tirer profit de cette ressource très prisée. De ce fait, ils créent un système de fonctionnement permettant de bénéficier des opportunités qu’offre la ressource. Cela fait de lui un modèle spécifique. Le fait de vouloir bénéficier la population des dérivées de la ressource est à l’origine de tout ce processus exprimé. Différentes méthodes ont été mobilisées pour la réalisation de cette étude, allant des entretiens avec la population et le comité de gestion jusqu’à l’inventaire floristique. La question qui se poser est de savoir comment ce quartier a pu mettre ce type d’organisation autour de l’exploitation d’un produit de cueillette afin que la population en tire autant de profit ? Pourquoi est-il le seul quartier à réussir dans le village mais aussi dans les localités où ce produit existe ? La mise en place d’une structure de gestion fonctionnelle, le maintien du potentiel, l’écoulement du produit et les opportunités tirées par les acteurs constituent autant de points forts, résultats de cette organisation aussi sophistiquée. Malgré tout, la pérennisation de ce système d’organisation reste aussi un souci majeur pour les acteurs.


Auteur(s) : FAYE Babacar, NDIAYE Ibrahima, NDIAYE Paul
Pages : pp 166-180
Année de publication : 2019
Revue : Revue Française Internationale de la Faculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation (FASTEF)
N° de volume : n° 28, Volume 1,
Type : Article
Mise en ligne par : FAYE Babacar