Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

L’hypertrophie ventriculaire gauche chez le sujet noir Africain hypertendu: résultats d’une enquête transversal, réalisée en milieu semi-rural au Sénégal

Objectifs Évaluer la prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche (HVG) électrocardiographique et échographique ainsi que ses corollaires dans une population d’hypertendus vivant en milieu semi-rural au Sénégal. Patients et méthode Selon l’approche STEPS de l’organisation mondiale de la santé, nous avons mené, en novembre 2012, une enquête transversale et exhaustive chez les sujets âgés d’au moins 35 ans et vivant depuis au moins 6 mois, dans la zone semi-rurale de Guéoul. Les facteurs de risque cardiovasculaire ont été dépistés et l’hypertrophie ventriculaire gauche recherchée à l’électrocardiogramme et à l’échocardiographie chez les hypertendus. Les données étaient analysées grâce au logiciel SPSS 18.0 et le seuil de significativité fixé pour une valeur de p<0,05. Résultats Nous avons examiné 1411 sujets âgés en moyenne de 48,5±12,7 ans. Au total, 654 sujets étaient hypertendus et une hypertrophie ventriculaire gauche a été la recherche chez 515 sujets parmi eux. Selon l’indice de Sokolow-Lyon, 86 sujets (16,7 %) présentaient une HVG électrocardiographique, plus fréquemment chez les hommes (p=0,002). Selon l’indice de Cornell et le produit de Cornell, elle était retrouvée respectivement chez 66 (12,8 %) et 52 sujets (10,1 %), avec une prédominant féminine (p=0,0001 ; p=0,004). Elle était plus fréquente chez les hypertendus en grade 3 quel que soit l’indice. À l’échocardiographie, la prévalence de l’HVG selon la masse ventriculaire gauche était de 2,5 % (13 cas), de 9,3 % (48 cas) selon la masse ventriculaire gauche indexée à la surface corporelle et de 8,2 % (42 cas) selon la masse ventriculaire gauche indexée à la taille2,7. L’HVG selon la masse ventriculaire gauche indexée à la surface corporelle était significativement corrélée à l’HVG électrocardiographique selon l’indice de Sokolow-Lyon (p<0,0001) et à l’hypertension artérielle de grade 3 (p=0,003). Conclusion Bien que rare chez l’hypertendu sénégalais vivant en milieu semi-rural, l’hypertrophie ventriculaire gauche est corrélée à la sévérité de l’hypertension artérielle. Un dépistage par l’électrocardiogramme permettra un meilleur suivi de ces hypertendus.


Auteur(s) : A Mbaye, B Dodo, A.A Ngaide, N.F Sy, K Babaka, J.S Mingou, M Faye, K Niang, S.A Sarr, M Dioum, M Bodian, M.B Ndiaye, Ad Kane, M. Ndour-Mbaye, M. Diao,
Pages : 210-216
Année de publication : 2017
Revue : Ann Cardiol Angéiol
N° de volume : 66
Type : Article
Mise en ligne par : MBAYE Alassane