Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Les thromboses veineuses des membres inférieurs : aspects épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs : étude rétrospective sur une période de 09 ans à propos de 148 cas colligés au service de cardiologie de l’hôpital général de grand Yoff de

Les thromboses veineuses (TV) constituent une pathologie fréquente et potentiellement grave. Les facteurs de risques ou étiologiques sont multiples. Malgré les nombreuses recommandations internationales sur la prophylaxie, les incidences hospitalières de cette pathologie restent toujours élevées. METHODOLOGIE : Nous avions mené une étude rétrospective et descriptive au service de cardiologie de l’hôpital général de Grand Yoff de Dakar entre janvier 2006 et décembre 2014 soit une période de 9 ans. Tous les dossiers de malades hospitalisés pour thrombose veineuse (TV) confirmée à l’imagerie ont été recensés. Les paramètres étudiés étaient les données épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutives. Les données ont été analysées avec le logiciel EPI INFO 6.0. Le seuil de significativité était retenu pour une valeur de p<0,05. RESULTATS : Nous avions colligés 148 cas de thromboses veineuses. La prévalence était de 2,78%. Le sex ratio H/F était de 0,51. L’âge moyen était de 51 ans ± 19,22. La symptomatologie était dominée par le tableau de grosse jambe inflammatoire gauche dans 89 cas (60 %). L’écho-­Doppler veineuse objectivait une prédominance des TV au niveau du réseau veineux profond dans 123 cas (83,7%). Les facteurs de risque retrouvés étaient dominés outre l’âge supérieur ou égal à 60 ans (38,5%), la prise de pilules oestro-­progestatives (13%) et le tabagisme (9,5%). Les patients avaient bénéficié d’un traitement à base d’héparine de bas poids moléculaire associé dès le 1er jour à un antivitamine K (acénocoumarol) (98%). L’évolution était favorable chez 121 patients (82,4%). La mortalité globale était de 2,7% soit 4 patients. CONCLUSION : Les thromboses veineuses deviennent relativement fréquentes dans nos hôpitaux. Dans notre étude, elle était plus fréquente chez les femmes et les sujets jeunes et plus souvent liée aux facteurs médicaux. Mots-clés :Thrombose veineuse, anticoagulant, Afrique


Auteur(s) : Dioum M, Mbaye A, Ngaïdé A.A, Leye M, Mingou J.S, Gaye N.D, Ndiaye M, Cissé A.F, Ka M.M, Faye M.M, Kouamé I, Dieng M, Aw F, Sarr S.A, Bodian M, Diagne
Pages : 79-82
Année de publication : 2017
Revue : Rev. CAMES SANTE 2017 ; 5 (1) : 79-82.
N° de volume : 5 (1)
Type : Article
Mise en ligne par : MBAYE Alassane