Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

5. Les enjeux de l’alternance codique dans le parler des marchands ambulants à Dakar

La présence d’au moins deux langues dans un espace déterminé affecte incontestablement le comportement langagier des locuteurs qui y vivent. Les conséquences du bi-plurilinguisme dans les parlers urbains africains s’apprécient différemment selon les contextes sociolinguistiques des espaces concernés. Nous nous intéressons ici au phénomène de l’alternance codique chez les marchands-ambulants à Dakar. Au-delà de la définition de Gumperz (1989), c’est celle de Hamers et Blanc (1983), intégrant la notion de stratégie de communication, qui nous semble plus appropriée quant à notre visée descriptive de l’alternance des codes linguistiques : « une stratégie de communication utilisée par des locuteurs bilingues entre eux ; cette stratégie consiste à faire alterner des unités de longueur variable de deux ou plusieurs codes à l’intérieur d’une même interaction verbale». Si l’alternance, qui sera distinguée de l’emprunt grâce aux « contraintes d’équivalence » de Poplack (1988), intervient sans que les locuteurs aient conscience de leurs pratiques spécifiques, leur but principal étant de se faire comprendre ; si les formes concernées deviennent régulières, alors l’alternance codique devient un phénomène social significatif auquel il faut décrire le fonctionnement. Pour ce faire, nous avons procédé à l’observation participante à travers les marchés de Dakar pour recueillir le matériau linguistique qui nous permettra de décrire l’alternance codique français-langue(s) nationale(s) comme sociolecte basé sur ce que nous aurons appelé : figement interlinguistique.


Auteur(s) : Ousmane DIAO& Babacar FAYE
Année de publication : 2019
Revue : Plurilinguisme Collection dirigée par L’Observatoire Européen du plurilinguisme (OEP)
N° de volume : Volume 2019/2.
Type : Article
Statut Editorial : Collection
Mise en ligne par : DIAO Ousmane