Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

«Vivre son temps au-delà de la modernité : Proposition de Thérèse d’Avila 500 ans après sa mort »

L’analyse ci-dessous vise à démontrer tout d’abord l’apport de l’identité pluridimensionnelle de Thérèse d’Avila dans la plénitude de sa vie d’une part et d’autre part, avec la richesse de cette identité voir comment elle a pu faire son expérience à travers un engagement concret. Dès lors, cette expérience enrichissante devient en elle-même une ligne de conduite formatrice et une pédagogie qui réforme sa vie et éventuellement celle des autres. A travers cette approche, nous pourrons alors voir et apprécier dans quelle mesure nous pouvons considérer que le génie vital de Thérèse d’Avila peut proposer une autre alternative qui donnerait plus de sens au terme modernité. Les réalités et mutations sociales et familiales variées qui ont jalonné son histoire ont configuré la personnalité de Thérèse encore enrichie par ses propres talents artistiques. Comme pour nous femmes africaines, sa quête de maturité passe par ces rites d’initiation et d’apprentissage en vue d’un engagement sérieux. La fréquentation des “ lettrés” c’est-à-dire, maîtres spirituels, prédicateurs, confesseurs et accompagnateurs avec qui elle entretiendra des liens réguliers et fréquents complète cette gamme de formation. Telles est le féminisme de Thérèse, c’est-à-dire une réforme concrète et non illusoire qui prend la femme telle qu’elle est avec sa grandeur et ses fragilités pour l’obliger à croire humblement que sa beauté, sa bonté et son utilité ne sont possibles que grâce à l’apport de nombreuses personnes, femmes et hommes qui l’ont entourée par le passé et qui l’entourent encore au présent et le feront dans le futur. Cette réforme lui coûtera beaucoup d’énergie mais elle gardera toujours la sérénité pour la conduire jusqu’au bout. Quant à l’humanité de Thérèse elle est à la fois temporelle et intemporelle dans le sens où elle vit sur cette terre avec des attitudes qui dépassent les limites du temps. Elle enseigne par exemple comment affronter la hiérarchie des valeurs que nous établissons dans le monde. Il s’agit d’avoir un objectif central bien clair et toute notre vie doit être tendue vers celui-ci. Elle nous propose de dépasser l’aliénation et la peur car elles engendrent le chaos. En définitive, c’est parce qu’elle est solidement fondée que Thérèse parcourra la Castille pour établir d’autres fondations. Mise à part la grâce, cela a été possible grâce à sa liberté et à son autonomie. Femme de tous les temps, elle nous inspire de substituer le terme « modernité » par celui d’« éternité » car. Tel est un des défis lancés à la femme dans ce partage.


Auteur(s) : Georgette Thioume Ndour
Pages : 147 à 157
Année de publication : 2018
Revue : CEREPHE
Type : Article
Mise en ligne par : NDOUR Georgette Thioume