Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

enonciation et rediffusion: les parasites du décalage

La notion de rediffusion que nous abordons à travers cet article nous inscrit dans le cadre global du discours rapporté et au cœur de la problématique de l’énonciation. Au regard des facteurs étudiés, nous sommes à mesure de dire que la rediffusion tel qu’elle est indiquée et tel qu’elle se fait pose beaucoup de problèmes d’interprétations liés à l’ambigüité. Celle-ci découle du fait que les déictiques ne sont pas réadaptés à l’univers spatio-temporel de la nouvelle énonciation, la référence extralinguistique, surtout celle afférant au climat est généralement non correspondante. La rediffusion apparait comme un énoncé dans une énonciation mouvante, sans ancrage fixe et définitif, c’est-à-dire qui flotte au gré des univers des récepteurs. Elle nécessite un travail de réadaptation et de recadrage à l’échelle spatiotemporelle et parfois sociale pour être bien comprise. Ce sont tous ces aléas dont on ne tient pas compte, et qui font que le contenu informatif initial est dénaturé, qui nous font parler de la « fausseté » du concept de rediffusion. Autrement dit on ne rediffuse pas la même énonciation dans le même contexte ni dans les mêmes conditions.


Auteur(s) : Cheikh Ndiaye
Pages : 71-80
Année de publication : 2016
Revue : Revue CREILAC
N° de volume : N° 1 / VARIA
Type : Article
Mise en ligne par : NDIAYE Cheikh