Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

L'efficience des institutions de microfinance au Sénégal : une application de la méthode du DEA

Les expériences de microfinance ont révélé que l’accès aux micro-services financiers a permis, sous certaines conditions, de développer et de pérenniser des activités génératrices de revenus, offrant ainsi une opportunité d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires. Toutefois, pour jouer pleinement son rôle d’instrument de lutte contre la pauvreté, l’industrie de la microfinance doit se pérenniser en étant performante. La double fonction d’intermédiation financière et d’intermédiation sociale et le double objectif de lutte contre la pauvreté et de système alternatif au système bancaire classique rend la mesure de la performance des institutions de microfinance délicate. La présente étude a pour objectif de mesurer la performance des institutions de microfinance au Sénégal en l’abordant sous l’angle de l’efficience. En d’autres termes, il s’agit d’apprécier si les structures de microfinance octroient le potentiel maximal de crédit compte tenu de la disponibilité des fonds prêtables. A travers la méthode du DEA et à partir de données financières de 60 structures recueillis sur la période 2007-2009, auprès de la direction de la réglementation et de la supervision des SFD, nous avons abouti aux résultats que seules 7% des structures de l’échantillon sont efficientes et que l’efficience n’est pas liée au niveau d’activité. Les IMF peuvent donc améliorer leur offre de crédit et contribuer d’avantage à l’accès aux services financiers et au développement d’activités génératrices de revenu.


Auteur(s) : Marème Ndoye
Pages : 61-97
Année de publication : 2013
Revue : Ann. Univ. Lomé
N° de volume : VII
Type : Article
Mise en ligne par : NDOYE Marème