Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Infections à bactéries multirésistantes à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann, (Dakar, Sénégal).

Le développement de la multirésistance bactérienne, lié à un mauvais usage des antibiotiques, compromet leur efficacité thérapeutique en pratique clinique. Cette étude avait pour objectifs de déterminer les aspects épidémiologiques, cliniques et bactériologiques des infections à bactéries multirésistantes à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective allant du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2007. La collecte des données a été réalisée à partir des registres du laboratoire de bactériologie et des dossiers des malades hospitalisés. Une fiche de recueil de ces données a ensuite été élaborée. Résultats : Nous avons recensé 342 bactéries multirésistantes sur 1601 bactéries isolées, soit un taux de prévalence 21,36%. L’âge moyen des patients dont la plupart était hospitalisée (84%) était de 41 ans pour un sex ratio de 0,98. La durée moyenne du séjour était de 20 jours avec des extrêmes . La notion de tare a été retrouvée chez 18 patients (5,26 %). La sérologie VIH a été obtenue chez 72 patients dont 65 positifs (90%). Le taux de décès était de 19% . Les bactéries multirésistantes provenaient surtout des urines (41,2%) et du sang (33,6%) avec une majorité d’entérobactéries sécrétrices de bêtalactamases à spectre élargi (76%) et de Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (12%). Les entérobactéries sécrétrices de bêtalactamase à spectre élargi étaient résistantes aux aminosides, aux quinolones mais demeuraient sensibles à l’imipénème et à la colistine. Staphylococcus aureus et Staphylococcus saprophyticus résistants à la méticilline restaient sensibles à la vancomycine. L’imipénème et la colistine demeuraient actifs sur la plupart des souches d’Acinetobacter isolés. Conclusion : Le taux de prévalence des infections à bactéries multirésistantes est élevé à la clinique des maladies infectieuses du CHNU de Fann. L’accent devra être mis sur le volet préventif qui passe par une meilleure hygiène hospitalière et une prescription rationnelle des antibiotiques. 89


Auteur(s) : Dia ML, Ndour CT, Ka R, Dia NM, Diagne R, Gassama B, Gueye L, Fall I, Sow AI, Cissé MF
Pages : 89-99
Année de publication : 2010
Revue : Dakar médical.
N° de volume : 50 (2)
Type : Article
Mise en ligne par : DIA Mouhamadou Lamine