Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Maternal Experience and Diasporic Inferences in Edwidge Danticat’s Breath, Eyes, Memory (1994)" in Bridges

La littérature des Caraïbes d’expression anglaise dans l’espace américain est unique aussi bien dans sa formulation narrative que les questionnements sociologiques et existentiels posés. Cette littérature est l’expression d’une connexion transcontinentale qui justifie une poétique de la fuite et de la survie. Par conséquent, le présent article examine les ressorts intimes de l’immigration en tant que facteur déterminant dans la construction identitaire de femmes Haïtiennes-Américaines dans une Amérique raciste et sexiste. Nourries des contingences historiographiques, culturelles et politiques de son pays, Haïti, Edwidge Danticat explore, dans un langage nostalgique, les contours et l’essence de l’expérience maternelle d’une haïtienne à New-York. S’inspirant de son roman Breath, Eyes, Memory (1994) l’étude démontre comment les notions d’historiographie et d’immigration s’ingèrent pour écrire une trajectoire atypique de la maternité que l’on peine à déterminer entre deux espaces géographiques aux humanités aussi différentes. Ce contexte aussi aliénant impacte considérablement sur la construction de l’identité féminine et maternelle en terre étrangère hostile. Dès lors, le couple mère-fille devient un indicateur sociologique dont l’approche intégrée fait recours aux théories féministes, psychanalytiques et sociopolitiques. Cette approche aussi syncrétique est la voie royale pour comprendre les facettes aussi bien endogènes qu’exogènes qui impactent considérablement sur la maternité de femmes noires, immigrées et pauvres dans une Amérique misogyne, blanche et opulente.


Auteur(s) : Mody SIDIBE, Aliou SOW, Mariame WANE LY
Pages : 15-38
Année de publication : 2018
Revue : Africaine d’Études Anglaises
Type : Article
Mise en ligne par : WANE Mariame Hady