Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Polype antro-choanal de Killian. A propos d’une série de 19 cas

Objectifs : Rapporter le profil épidémiologique, clinique, radiologique, thérapeutique et évolutif du Polype Antro-Chonal (PAC) de Killian et évaluer les résultats préliminaires de la voie endoscopique endonasale, dans le contexte particulier d’un pays subsaharien. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective menée à la Clinique ORL Lamine Sine Diop du Centre Hospitalier National Universitaire de FANN (CHNU) à Dakar, au Sénégal. Elle a concerné 19 dossiers de patients opérés pour polype antro-choanal de Killian, entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2013, soit une période de 11 ans. Les paramètres étudiés étaient : l’âge, le sexe, les antécédents, les données cliniques à l’admission, les procédés thérapeutiques et leurs résultats. Le logiciel "SPSS 18" a permis l’analyse statistique des données de l’étude. Résultats : L’âge moyen était de 22 ans. Le sexe féminin prédominait avec un sex-ratio de 0,72. L’obstruction nasale dominait le tableau, elle était présente chez tous les patients, suivie des ronflements présents dans 68,42% des cas. Les formes bilatérales étaient notées dans 5,3% des cas. L’examen de la cavité buccale mettait en évidence une masse oropharyngée dans 31,6% des cas. La TDM était effectuée dans 94,7% des cas. Trois patients (15,8%) ont été opérés par polypectomie nasale simple isolée. Trois autres patients, en plus du geste nasal, avaient subi une ouverture du sinus maxillaire par voie de Caldwell-Luc. L’exérèse par voie endoscopique, avec méatotomie moyenne, était réalisée chez 13 patients (68,42%). La durée moyenne d’hospitalisation était de 2,63 jours. Nous avons relevé sept cas de récidive (36,84%). Conclusion : Le PAC est une tumeur bénigne naso-sinusienne, souvent unilatérale. L’obstruction nasale est le symptôme le plus constant. La TDM naso-sinusienne est l’examen de choix dans l’exploration des PAC. La chirurgie par la voie endoscopique endonasale est aujourd’hui le traitement de référence.


Auteur(s) : S. Maiga, A. Tall, E.S. Diom, C. Ndiaye, M.S. Diouf, R.E.A. Deguenonvo, M.W. Barry, A. Dieye, M. Ndiaye, I.C. Ndiaye, R. Diouf.
Année de publication : 2017
Revue : Médecine d'Afrique Noire
N° de volume : 64(7)
Type : Article
Mise en ligne par : TALL Abdourahmane