Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La désarticulation du langage du langage comme métaphore de l’indifférence dans L’Etranger (1942) d’Albert Camus »

Plusieurs études ont été entreprises sur L’Etranger d’Albert Camus sans jamais épuiser la richesse de ce texte protéiforme. L’absurdité de la vie a conduit Meursault à adopter un regard critique sur les préoccupations des hommes de son temps. Ces derniers ont des desseins, des comportements et des paroles si confus qu’ils les condamnent à la léthargie. Ces crises qui secouent l’humain dépendent tout aussi bien des hommes eux-mêmes que du monde qui ne se laisse plus comprendre et expliquer. D’où le narrateur, s’il veut rendre compte de cette situation, est obligé d’adopter un langage de la crise.


Auteur(s) : Jean Denis Nassalang
Pages : pp. 127- 142
Année de publication : 2017
Revue : Revue sénégalaise de langues et de littérature
N° de volume : 11
Type : Article
Mise en ligne par : NASSALANG Jean Denis