Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Résultats de l’urétroplastie anastomotique pour rétrécissement de l’urètre masculin

Résumé Buts Évaluer les résultats et identifier les facteurs déterminants la réussite de l’urétroplastie anastomotique (UA) pour rétrécissement urétral (RU) dans notre institution. Patients et méthodes Nous avons effectué une étude rétrospective sur une période de 4 ans et 6 mois (juillet 2012 à décembre 2016). Tout recours ultérieur à une urétrotomie endoscopique ou à une nouvelle urétroplastie a été considéré comme un échec. Résultats Quarante-huit cas ont été retenus. L’âge moyen des patients était de 53,5 ± 17,3 ans (23–87 ans). La rétention complète d’urine était le motif de consultation dans 42 cas (87,5 %). L’urètre bulbaire était le siège préférentiel du RU (n = 45). La longueur moyenne du rétrécissement était de 1,23 ± 0,62 cm (0,5 à 3 cm) avec une médiane de 1 cm. L’étiologie était post-infectieuse dans 56,3 % des cas. Plus de la moitié (58,3 %) des patients avaient déjà subi au moins une manipulation urétrale. Après un suivi moyen de 21,1 ± 12,6 mois (1 à 52 mois), le taux global de réussite était de 77,1 %. En analyse univariée, la longueur du rétrécissement, l’âge du patient, les circonstances de découverte du rétrécissement, la cause et le siège du rétrécissement, les antécédents de manipulation urétrale préalable et l’expérience du chirurgien n’avaient pas significativement d’impact sur la réussite de l’urétroplastie anastomotique à un an et à deux ans. Conclusion L’UA avait donné de bons résultats dans notre pratique. L’origine infectieuse du rétrécissement et la manipulation urétrale préalable n’avaient pas significativement influé sur le résultat de cette technique opératoire.


Auteur(s) : Fall Boubacar, Ze Ondo Cyrille, Sow Yaya, Ba mamadou
Année de publication : 2018
Revue : Progrès Urologie
Type : Article
Mise en ligne par : ZE ONDO Cyrille