Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Maggie, A Girl of the Streets (1893) by Stephen Crane, A Prototype of Naturalistic Aesthetics

Maggie, A Girl of the Streets se révèle être un roman d’esthétique naturaliste par excellence en ce sens qu’il est le résultat d’une démarche scientifique, expérimentale et doctrinale fondée essentiellement sur une observation rigoureuse et fidèle des faits, mais aussi sur des déductions logiques. L’auteur y met en scène des gens ordinaires pris au piège par des forces extérieures irrésistibles telles qu’un environnement hostile, des circonstances défavorables, indépendantes de leur volonté et l’hérédité, ce qui explique la pauvreté extrême, le manque d’éducation, la violence, l’aliénation, la résignation et la perversion morale auxquels ils sont condamnés, sans omettre la fin tragique inéluctable du personnage principal. Aussi l’œuvre se lit-elle comme un condensé des caractéristiques du roman naturaliste comprenant des personnages sans relief, une séquence linéaire d’événements malheureux, une structure simple et un langage ordurier qui, conjugués aux thèmes, rendent compte avec beaucoup de clarté et de pertinence des problématiques existentielles comme le déterminisme social et la prédestination.


Auteur(s) : Daouda LOUM
Pages : 61-77
Année de publication : 2018
Revue : Revue Baobab
N° de volume : 007
Type : Article
Statut Editorial : international
Mise en ligne par : LOUM Daouda