Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

"Le dialogue romanesque, un genre à multiple fonctions discursives et narratives "

En s’appuyant sur l’analyse discursive d’une séquence dialogale tirée d’un roman de la littérature négro-africaine, Entre les eaux d’Yves-Valentin Mudimbé, nous montrons que le dialogue du roman moderne diffère de celui du roman classique par les caractéristiques liées à son insertion dans la trame narrative où il assume diverses fonctions, qui dans la tradition du roman était assignée à la narration pure. La rupture se trouve aussi dans le fait que pour beaucoup d’auteurs les dialogues relevaient quelque peu du superflu. Au XIXème siècle, Flaubert défendait ouvertement que les dialogues ne pouvaient être acceptés que lorsqu’ils sont « importants de fond », c’est-à-dire lorsqu’ils permettent de bien camper les personnages. Ainsi, dans la littérature traditionnelle, le dialogue romanesque est presque considéré comme une digression. Et en tant que tel, il ne doit pas être livré au lecteur en style direct, ce qui serait une façon de lui accorder une grande importance. Justement, Flaubert s’insurgeait contre le dialogue en style direct dans le roman. La pratique moderne du dialogue, en particulier dans le roman d’Yves-Valentin Mudimbé est totalement contraire aux recommandations de Flaubert : le dialogue en style direct semble être la règle et celui en style indirect ou en style indirect libre l’exception. De son côté, Proust a une pratique du dialogue très différente de Flaubert. Malgré ces divergences, à partir de la fin du XIXème siècle, l’insertion du dialogue dans les écrits littéraires devient une pratique courante. Les romanciers alternent dans le roman discours du narrateur et dialogues des personnages avec, cependant, une nette prééminence des scènes dialoguées. Il est désormais question dans le roman de faire figurer le dialogue comme unité discursive s’intégrant à l’ensemble narratif. Les descriptions ainsi que les parties proprement narratives qui étaient beaucoup plus nombreuses se sont vues remplacées par les scènes dialoguées qui sont souvent des « scènes validées » de type conversationnel ou des « scénographies » au sens de Dominique Maingueneau et qui, en quantité, occupent parfois la quasi-totalité des textes.


Auteur(s) : Fallou Mbow
Pages : pp. 35-56
Année de publication : 2016
Revue : Revue Algérienne des sciences du langage
N° de volume : N°1
Type : Article
Mise en ligne par : MBOW Fallou