Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

«Una aproximanción semántica a Pateras de Juan Madrid»,

Abdoul, un marocain de Tétouan et père de 3 enfants avec Zouleima, vend tous ses biens et remet 70 mille pésètes à Bernisi, un intermédiaire complice d’un sergent de police espagnol, afin d’être envoyé à Madrid. Dans une pirogue de fortune (Patera) de 11 places, ils sont entassés 18 nuitamment. Suite à un naufrage, Abdoul sauve une femme portant un enfant mais se fait trancher un bras par l’hélice du moteur. Une fois à Madrid, personne n’accepte de le loger et il dort sur un banc public à la place Saint Ildefonse. Vendeur ambulant à la place du 2 mai et à la place Sainte Anne, entre autres, personne n’achète sa marchandise. Pour tout repas, il mange 2 tomates salées chaque soir. Triste et nostalgique des siens et de son pays, seul le mage Arthur, originaire de Jaén, réussit à le faire rire de temps en temps. Noms et chiffres religieusement symboliques, réécriture de l’histoire de l’Espagne arabo-chrétienne. Telle est l’économie de ce travail.


Auteur(s) : Nzachée NOUMBISSI
Pages : 179-199
Année de publication : 2017
Revue : Bridges, Hommage au Professeur Mamadou KANDJI
N° de volume : Tome 1
Type : Article
Mise en ligne par : NOUMBISSI Nzachée