Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Facteurs de risques associés à l’érysipèle de jambe en Afrique subsaharienne : étude multicentrique cas-témoins

Introduction. — La connaissance des facteurs de risque de l’érysipèle de jambe permet de mieux élaborer des stratégies efficaces pour sa prise en charge. Des études antérieures menées en Europe et en Tunisie ont mis en évidence le lymphoedème et les intertrigos inter-orteils comme des facteurs indépendants associés aux érysipèles de jambe. La présente étude cas-témoins avait pour objectif d’identifier les facteurs de risque associés à l’érysipèle de jambe en Afriquesubsaharienne, dans un contexte socio-économique et culturel différent.Patients et méthode. — Il s’agissait d’une étude prospective multicentrique cas-témoins menéeen milieu hospitalier dans les services de dermatologie de huit pays d’Afrique au Sud du Saharadurant une période de 13 mois. Les cas étaient des patients souffrant d’un premier épisoded’érysipèle de jambe et chaque cas était apparié à deux témoins par sexe et par âge (±5 ans).Nous avons analysé les facteurs locaux et généraux collectés.Résultats. —Durant la période d’étude, 364 patients atteints d’érysipèle de jambe (223 femmeset 141 hommes) ont été appariés à 728 témoins. L’âge moyen des cas était de 42,15 ± 15,15 anset celui des témoins était de 42,11 ± 36 ans. En analyse multivariée, l’obésité (OR = 2,82 ;IC 95 % : 2,11—3,76), le lymphoedème (OR = 3,87 ; IC 95 % : 2,17—6,89), la pratique de la dépig-mentation cosmétique volontaire (OR = 4,29 ; IC 95 % : 2,35—7,83), l’existence d’une plaietraumatique négligée (OR = 37,92 ; IC 95 % : 24,9—57,2) et l’intertrigo inter-orteils (OR = 37,86 ;IC 95 % : 22,27—64,5) étaient les facteurs significativement associés aux érysipèles de jambe.Les facteurs comme le diabète, l’éthylisme chronique ou l’infection par le VIH n’étaient pasidentifiés dans notre étude.Conclusion. — Notre étude a permis de confirmer le rôle important des facteurs de risque locauxcomme le lymphoedème, les plaies négligées et l’intertrigo inter-orteils, déjà identifiés dansd’autres contextes géographiques. L’originalité de notre étude est la mise en évidence dela dépigmentation cosmétique volontaire comme facteur de risque des érysipèles de jambeen Afrique subsaharienne. La connaissance et la prise en compte de ces facteurs de risquepermettront d’optimiser les stratégies thérapeutiques des érysipèles


Auteur(s) : Pitché P, Diatta BA, Faye O, Diané BF, Sangaré A, Niamba P, Mandengue C, Kobengue L, Saka B, Diop A, Ly F,Dieng MT, Dicko A, Soumah MM, Cissé M, Kouro
Pages : 633-638
Année de publication : 2015
Revue : Ann Dermatol Venereol
N° de volume : 142
Type : Article
Mise en ligne par : DIATTA Boubacar Ahy