Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Comment penser l’enfance ici et ailleurs ? Faut-il vraiment tout un village pour élever un enfant ?

En Afrique, et singulièrement dans la société traditionnelle sénégalaise, l’enfant est considéré comme la « réincarnation d’un ancêtre et venant du village des ancêtres1 ». Le souci de la société est alors de replacer l’enfant dans le monde des humains. Ainsi, la première fonction qui incombe aux parents, plus particulièrement à la mère, est d’humaniser l’enfant, d’identifier sa nature, d’être le plus proche de lui, bref, de le faire passer de l’état de nature à un être culturel. Chez les Peul-Pulaar, un adage dit : « L’enfant est un toit, il faut plus d’une main pour l’élever. » Cette parole traduit la place particulière qu’occupe l’enfant dans la société traditionnelle sénégalaise, et qu’il faut l’implication de toute une communauté pour accompagner le tout-petit dans son devenir adulte. Pour saisir la place de l’enfant et le rôle du groupe, nous décrirons d’abord la perception de l’enfant selon les croyances locales, puis la famille sénégalaise. Enfin, nous aborderons les méthodes éducatives, avant de conclure.


Auteur(s) : BA Idrissa. FAYE Papa Lamine, THIAM Mamadou Habib
Pages : pp 32-40
Année de publication : 2016
Revue : Spirale
N° de volume : N° 79
Type : Article
Mise en ligne par : BA Idrissa