Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Impacts des fortes précipitations sur le bâti à Podor en 2006 et à Matam en 2007

Résumé : Podor et Matam sont deux villes situées le long du fleuve Sénégal dans le domaine climatique caractérisé de sahélien continental. Pour étudier l’impact des précipitations sur le bâti, nous avons procédé à une typologie des constructions dans les deux communes. L’analyse des précipitations s’est faite selon des classes établies en fonction de la quantité de pluie. Les impacts sont analysés selon le type de bâtiment et sont essentiellement de trois ordres. Les maisons en banco sont les plus endommagées par les fortes pluies. Les murs s’effritent et finissent par s’écrouler. Les maisons mixtes, c’est-à-dire les maisons en banco recouvertes de ciment, sont tout aussi exposées. L’enduit se détache progressivement du mur à la suite de l’infiltration de l’eau de pluie. Le banco, de moins en moins protégé, finit par s’effriter. Les bâtiments en dur ne sont affectés qu’au niveau des toits. Sans une bonne étanchéité l’eau endommage le plafond. Les dégâts sur les bâtiments sont surtout le fait des pluies de plus de 30 mm qui sont le plus souvent enregistrées en juillet et en août. En effet, ce sont les fortes pluies qui déversent en général le plus d’eau malgré leur faible fréquence d’apparition. Les plus faibles quantités de pluie ont cependant une influence insidieuse qui détruit les bâtiments au fil des hivernages.


Auteur(s) : SAGNA P., NDIAYE H., MBAYE M. et DIOP C.
Pages : 1-16
Année de publication : 2012
Revue : Revue de géographie du Laboratoire Leïdi
N° de volume : N° 10
Type : Article
Mise en ligne par : SAGNA Pascal