Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Étude odontométrique des dents antéro-maxillaires des sujets mélanodermes et incidences prothétiques

Introduction : En l'absence de références pré-extractionnelles, le remplacement des dents antérieures constitue une difficulté majeure chez l'édenté total. Ce travail avait pour objectifs de déterminer chez des sujets mélanodermes les dimensions des dents antérieures maxillaires et leur variabilité en fonction du sexe, et d'étudier les corrélations et proportions existant entre ces dents, en vue de faciliter le choix des dents prothétiques. Matériels et méthodes : Il s'agissait d'une étude descriptive transversale, portant sur 621 jeunes sénégalais mélanodermes des deux sexes. Les variables étudiées étaient la largeur et la hauteur de l'incisive centrale, de l'incisive latérale et de la canine maxillaires. Les mesures ont été faites avec un pied à coulisse électronique. L'analyse comparative a été réalisée par le test t de Student. L'analyse corrélative a utilisé le test de Pearson. Le risque d'erreur a été fixé à 5 %. Résultats: La population avait un sex-ratio de 5,08. L'âge moyen était de 21,8 ans. La LICM, la LILM et la LCM avaient respectivement des moyennes de 9,14 mm, 7,36 mm et 8,24 mm. La HICM, la HILM et la HCM avaient respectivement des moyennes de 10,11 mm, 8,97 mm et 10 mm. Les moyennes étaient significativement plus élevées chez les hommes que chez les femmes pour la LCM, la HICM, la HILM et la HCM. La LICM représentait 39,95 % de la largeur totale des 3 dents. La LICM était plus grande que la LCM de 0,9 mm et la LCM plus grande que la LILM de 0,88 mm. La HICM dépassait la HILM de 1,14 mm. Le rapport de la LICM sur la HICM était de 91,14 %. Conclusion: Les dents antéro-maxillaires sont plus larges et plus hautes chez les hommes que chez les femmes. Leurs dimensions ne permettent pas de conclure à une variabilité ethnique. Cependant, l'harmonie des proportions de l'incisive centrale varie selon le groupe ethnique. Les rapports géométriques et la progression arithmétique trouvés entre les dents pourraient faciliter la détermination de la largeur des dents prothétiques.


Auteur(s) : GUEYE M., NDIAYE C., DIENG L., GASSAMA-BARRY B.C., MBODJ E.B., SECK M.T., DJEREDOU K.B.
Pages : 5-10
Année de publication : 2012
Revue : Rev. Col. Odonto-Stomate Afr. Chir. Maxillo-fac.
N° de volume : 19 (2)
Type : Article
Mise en ligne par : DIENG Lambane