Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Lilyan Kesteloot 50 ans après, un nouveau souffle pour la littérature africaine,

Cette contribution se veut un bilan d’étape de l’œuvre d’une pionnière dans la théorisation de la littérature africaine noire francophone. Elle transcende ce pan écrit pour tomber dans l’âme de cette littérature voire de ce peuple, l’oralité. Elle occulte cependant, par ignorance peut-être, la littérature ajami (écriture en langues nationales à l’aide de caractères arabes) qui a précédé celle en français, dont un des précurseurs, chez les wolofs est Khali Madiakhaté Kala. Le nouveau souffle de la littérature, la renaissance en fait,, est la mise en chantier à l’Université d’un vaste programme de recherche sur la littérature orale dont le point focal est la création, à la demande de Senghor, un des pères de la francophonie, du laboratoire de littératures et civilisations africaines à l’IFAN-CAD, véritable centre des « archives de l’oralité » à l’UCAD. Aujourd’hui, cela a abouti, entre autres, à l’éclosion d’une littérature en langues nationales à l’aide de caractères latins.


Auteur(s) : 1.KEITA, Abdoulaye
Pages : pp.353-367
Année de publication : 2013
Revue : Abdoulaye (dir.), Au carrefour des littératures Afrique-Europe. Hommage à Lilyan Kesteloot
Type : Article
Mise en ligne par : KEITA Abdoulaye