Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Perioperative management of surgical clipping of ruptured brain aneurysms: Preliminary study on a series of 113 patients.

Les anévrysmes cérébraux demeurent la première cause d’accident vasculaire cérébral chez le sujet jeune. Le clippage de l’anévrysme rompu doit être réalisé le plus précocement pour éviter le resaignement qui est associé à une mortalité de 70%. C’est ainsi que 113 patients présentant une hémorragie méningée par rupture d’anévrysme ont bénéficié d’un clippage chirurgical dudit anévrysme. L’âge moyen des patients était de 47 ans. Le grade neurologique WFNS était de I, II, III et IV dans respectivement 88, 19, 4 et 2%. La prise en charge pré-opératoire avait été axée essentiellement sur la gestion de la pression artérielle. Il avait fallu trouver un compromis entre des valeurs tensionnelles ne favorisant ni l’ischémie cérébrale et ni le resaignement de l’anévrysme. Les objectifs tensionnels étaient une tension artérielle systolique entre 150 et 170 mm/Hg. Dans le cadre de la prévention du vasospasme artériel, la nimodipine avait été administrée à 34% des patients. Un des freins à la prescription de la nimodipine était son coût onéreux. En per-opératoire, des mesures de détente cérébrale avaient été appliquées pour tous les patients. Il s’agissait de l’entretien de l’anesthésie avec du propofol (6-12 mg/kg/h), d’un réglage du volume courant Vt entre 6-7 ml/kg, du maintien de l’EtCO2 entre 30-32 mm/Hg. En sus, le mannitol avait été perfusé à 34% des patients et une ponction évacuatrice per opératoire de LCR avait été réalisée à 34% des patients. Une rupture per-opératoire de l’anévrysme était survenue dans 34% des cas. Les pertes sanguines moyennes étaient estimées à 500 ml. Un clippape temporaire de moins de 5 mn en amont de l’anévrysme avait permis d’arrêter le saignement. En post-opératoire, l’ischémie cérébrale par vasospasme artériel (5,3%), l’hydrocéphalie (4,4%), la pneumopathie acquise sous ventilation mécanique (2,6%) et l’hyponatrémie sévère (8,8%) ont été les complications notées. Nous avons enregistré 9 décès (7,9%). Un grade neurologique WFNS > III et le vasospasme artériel ont été identifiés comme facteur de mauvais pronostic.


Auteur(s) : BAH MD, NDIAYE PI, LEYE PA, THIOUB M, BARBOZA D, TRAORE MM, GAYE I, BA EB, DIOP EN, BEYE MD, KANE O, DIOUF E.
Pages : 536-9
Année de publication : 2018
Revue : Sch. J. App. Med. Sci.
N° de volume : 4(2)
Type : Article
Mise en ligne par : DIOUF Elisabeth