Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« Sapiens Animalis. La pensée spécifie-t-elle l’humain ? »

Résumé Les fonctions cognitives supérieures sont souvent considérées comme l’apanage de l’humain. Dans cet article, nous soutenons que les recherches en éthologie et en neurosciences nous montrent que l’on ne peut dénier aux animaux humains ni la possession de représentations mentales, ni celle c’une intentionnalité et donc d’une agentivité. Nous montrons également que même si l’on ne peut avoir une définition rigoureuse de la conscience, les recherches en neuroscience et en éthologie nous permettent cependant de conclure d’ores et déjà que les animaux non humains sont dotés des structures cérébrales plausiblement associées à la conscience et que très probablement, la différence entre conscience animale est un différence de degré plutôt que de nature. Mots clés : Conscience, intentionnalité, pensée animale, représentation mentale Abstract Are some cognitive functions properly humans? In this article I argue that if we combine our best theories in ethology and in neuroscience, we can see that non-human animals have mental representations, exhibit intentionality and can plan an action with intermediary steps. Besides, even though neither scientists nor philosophers can say they have rigorously defined consciousness, our best theories can’t rule out its presence in non-human animals. We thus conclude that the difference between human and non human cognition is, at best, a difference of degree rather than of nature. Key words: Consciousness, intentionality, mental representation, animal cognition


Auteur(s) : Mouhamadou El Hady BA
Année de publication : 2020
Revue : Itinéraires. Littérature, textes, cultures
N° de volume : 2020-1
Type : Article
Statut Editorial : Accepté
Mise en ligne par : BA Mouhamadou El Hady