Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

La carte sanitaire au Sénégal : ruptures ou réorganisations?»

Les évolutions dans les approches concernant la planification sanitaire au Sénégal ont été marquées autant par les directives des organisations internationales que par les options politiques nationales. Jusqu’à la fin des années 90, comme dans la plupart des pays africains, la planification sanitaire s’exerçait dans le cadre de la programmation générale du développement économique et social. L’introduction des politiques de déconcentration puis de décentralisation a rendu nécessaire l’élaboration de nouveaux schémas d’organisation et de gestion des systèmes de soins. La réalisation de la première carte sanitaire, décidée dans la deuxième phase du Programme national de développement sanitaire (2004-2007), s’inscrit dans un contexte de réformes pour la rationalisation, l’intégration et la régulation de l’offre de soins. La vocation donnée à cet instrument de planification stratégique est ainsi d’assurer plus d’efficacité et d’équité dans l’allocation des ressources sanitaires. Ce chapitre d’ouvrage est fondé sur l’analyse du contenu de la carte de 2008 et de ses versions réactualisées en 2010 et 2011. Les textes législatifs et toute la documentation produite dans le cadre de l’élaboration de la carte sanitaire ont été également analysés. La grille d’analyse des différents documents a porté principalement sur les informations relatives aux instructions données, aux méthodes et stratégies préconisées. La traduction des concepts, des principes et des références dans la carte sanitaire a été analysée en rapport avec les objectifs fixés et les résultats attendus. Les résultats montrent qu’un effort réel a été accompli pour définir des critères qualifiés de géostratégiques pour une répartition plus équitable des ressources sanitaires. Néanmoins, les cadres conceptuels et les principes édictés n’ont pas été suivis d’un réel renouvellement, ni dans l’organisation des territoires de la santé, ni dans les marqueurs et les normes d’allocations des ressources. Les intentions déclarées d’associer les acteurs territoriaux dans le processus de planification pour mettre en adéquation l’offre et les besoins de santé de la population, n’ont été que partiellement mises en application. Ce constat relance le débat sur les nouveaux dispositifs pour la territorialisation de la santé, au moment où la troisième carte sanitaire est en cours d’élaboration dans la perspective d’une décentralisation du système de soins et d’une couverture médicale universelle.


Auteur(s) : Aminata NIANG DIENE
Pages : 231-248.
Année de publication : 2018
Revue : Éditions L’Harmattan Cameroun
N° de volume : chapitre 11-
Type : Article
Mise en ligne par : NIANG Aminata