Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Urbanisation and its effect on risk factors associated with childhood diarrhoea in Mbour, Senegal: A visualisation

Mbour, une ville secondaire du Sénégal, a connu une croissance démographique rapide. La superficie de la ville s’est étendue de manière considérable de 175 ha en 1945 à plus de 1300 ha en 2013. Mbour est aujourd’hui confrontée à un déficit d’infrastructures et de services urbains. Les études antérieures ont montré des associations significatives entre les facteurs environnementaux et les maladies diarrhéiques. L’objectif de cette étude était donc d’approfondir les connaissances sur les liens entre l’urbanisation et ses incidences sur la santé dans les villes secondaires. Une enquête transversale a été réalisée en septembre-octobre 2016, sur un échantillon de 800 ménages répartis dans quatre zones de Mbour : urbaine centrale (ZUC), péricentrale (ZPC), périphérique nord (ZPN) et périphérique sud (ZPS). Les ménages ont été sélectionnés de manière aléatoire pour refléter l’hétérogénéité socio-spatiale de la ville. Des analyses bactériologiques ont été réalisées sur les sources d’eau de boisson pour mesurer le niveau de contamination microbienne (notamment par Escherichia coli et des bactéries coliformes fécaux). Les résultats montrent que pour 44,5 % des ménages visités, au moins un enfant a eu la diarrhée dans les deux semaines précédant l’enquête. La prévalence la plus élevée est observée chez les enfants vivant dans la ZUC (38,3 %), suivie de ceux de la ZPS (37,2 %). La prévalence la plus faible est enregistrée dans la ZPN (26,9 %). Les données mettent en évidence une grande hétérogénéité spatiale (de la vulnérabilité et du risque de transmission de la diarrhée) qui est influencée par des facteurs de risque environnementaux et socio-sanitaires spécifiques. Les quartiers les plus densément peuplés et avec de faibles revenus, comme Baye Deuk, ont les sources d’eau les plus contaminées (57,9 %). Seulement 58,6 % des ménages interrogés étaient raccordés aux réseaux d’eau avec des disparités importantes entre les zones et les quartiers : 40,5 % des ménages étaient connectés au réseau d’eau potable dans la ZPN contre 12 % seulement dans la ZPS.


Auteur(s) : Sokhna Thiam, Samuel Fuhrimann, Aminata Niang-Diène, Ibrahima Sy, Ousmane Faye, Jürg Utzinger, Guéladio Cissé
Pages : 1-7
Année de publication : 2017
Revue : Geospatial Health
N° de volume : Vol 12, No 2 (2017)
Type : Article
Mise en ligne par : NIANG Aminata