Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Politique linguistique au Sénégal : qui a peur de l’aménagement des langues africaines ?

Ce travail fait partie d’une réflexion globale sur la problématique de la politique linguistique en contexte africain. Il fait suite à une publication qui a traité le problème des rapports entre le type de gouvernance linguistique menée au Sénégal et ses effets sur le processus d’émergence économique et sociale initié par les pouvoirs publics (Diagne, 2017). Dans cette publication nous avions conclu que l’absence d’aménagement officiel des langues nationales par l’Etat du Sénégal freine le processus d’émergence socio-économique du pays. Elle fige le pays dans un système de gouvernance faite d’exclusion de la majorité des sénégalais ; elle est, par conséquent, non inclusive, parce que caractérisée par un type de gouvernance linguistique non endogène et non intégrée. Malheureusement, face à ce mode de gouvernance linguistique inéquitable, certains acteurs semblent aveugles et frissonnent chaque fois qu’ils entendent parler d’ériger les langues africaines en langues officielles. Leur réaction face à ce semblant de tabou revêt diverses formes et relève de mobiles différents. L’objectif de cet article est d’identifier les auteurs de ces craintes, de trouver les raisons objectives de ces craintes et d’indiquer de possibles réponses. L’objectif consiste à mieux appréhender les mobiles autour desquels sont bâtis les craintes de certains africains face à une possible revalorisation des langues africaines.


Auteur(s) : DIAGNE, Mbacké , .
Pages : 237-252
Année de publication : 2019
Revue : Revue sénégalaise d’Histoire Nouvelle série
N° de volume : Numéro 9
Type : Article
Statut Editorial : à comité de lecture
Mise en ligne par : DIAGNE Mbacké