Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« Fragmentation de l’écriture et continuité narrative : une tension créatrice dans Tous les matins du monde de Pascal Quignard »

Cet article analyse la narration dans Tous les matins du monde de Pascal Quignard sous le double prisme de la Fragmentation de l’écriture (le discontinu) et de la continuité narrative (unité du récit). Il s'inscrit dans une perspective narratologique qui s’appuie sur les travaux de Susini-Anastopoulos, d’Iréna Kristeva, de Dominique Rabaté pour voir comment Quignard résout cette ambivalence entre la fascination du discontinu et le dégoût à l’égard du fragment. L’analyse révèle que cette tension créatrice chez Pascal Quignard aboutit au fragmentaire lié à partir d’une démarche qui trouve sa justification dans la loi de la création dont le principe repose à la fois sur la pulsion liante et sur la déconstruction des formes.


Auteur(s) : Abdoulaye DIOUF
Pages : pp. 63 - 73
Année de publication : 2018
Revue : Éditions Peter Lang
Type : Article
Mise en ligne par : DIOUF Abdoulaye