Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« Afrodescendencia : espacios y discursos. Las identidades racializadas en/de España »

A partir d’un corpus d’écrivain.e.s espagnoles, les communications mettent en lumière les problématiques identitaires que vivent les sujets afrodescendants espagnols comme métaphores contemporaines de l’entre-deux. Les personnages sont socialement invisibles du fait de leur négritude, ce qui permet de comprendre les mécanismes de racialisation à l’œuvre en Espagne, au sein d’un imaginaire national excluant. La réflexion est un dialogue entre divers espaces géographiques pour rendre compte de la trace omnisciente du passé colonial dans les pratiques de légitimation des communautés afrodescendantes espagnoles d’origine équato-guinéenne. Les personnages sont habités par la hantise d’une quête identitaire pour se situer « quelque part ». D’abord dans un pays, puis dans deux géographiquement éloignés bien qu’historiquement liés, la Guinée Equatoriale et/ou l’Espagne. Ensuite dans un ailleurs sans frontière. Et finalement en eux, un espace sans lieu, d’où ils pourront racoler leurs multiples appartenances. L’étude nous rappelle que l’imagination fertile est un viatique infaillible et un puissant exutoire dans l’art de la résilience, tel le kintsugi japonais, pour faire des blessures émotionnelles une force et en guérir lorsqu’on est happé.e par l’exil intérieur, le vide, le manque, l’absence. Malgré l’évidence que le continent africain leur est aussi inconnu et lointain que la plupart de leurs concitoyens blancs, leur sentiment d’appartenance à l’Afrique, ce lieu matriciel mythifié, n’est en réalité qu’une échappatoire ou un refuge, c’est-à-dire un mécanisme d’autodéfense pour masquer la douleur vécue par chaque épisode raciste. L’identification à ce continent matriciel n’est pas liée uniquement à l’origine des parents, souvent, l’exclusion structurelle qui remet en cause, sans relâche, leur appartenance au continent européen par les cas de discriminations systémiques, pousse les afrodescendant.e.s, pour masquer leur frustration et leur désarroi, à se situer émotionnellement dans un espace mythique sans lieu dont l’Afrique fantasmagorique constitue l’avatar par défaut d’une terre-refuge.


Auteur(s) : odome angone
Pages : p.96-101
Année de publication : 2019
Revue : D’Palenque Editorial, Revue numérique afropéruvienne D’Palenque “Literatura y Afrodescendencia”
N° de volume : Année IV, N°4
Type : Article
Statut Editorial : numérique
Mise en ligne par : ODOME ANGONE Ferdulis Zita