Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Candidoses cutanéounguéales diagnostiquées au laboratoire de parasitologie et mycologie du CHU Le Dantec de Dakar de 2008 à 2015

ntroduction : Les candidoses cutane ?o- ungue ?alesrepre ?sententlesaspectscliniquesles plus fre ?quemment rencontre ?s dans les infections a` Candida. Leur proportion est tre`s variable selon les conditions ge ? o-climatiques et socioculturelles. L’objectif de cette e ?tude e ?tait de de ?terminer la pre ? valence des candidoses cutane ? o-ungue ? ales diagnostique ?es au laboratoire de parasitologie et mycologie du CHU Le Dantec de Dakar (Se ?ne ?gal). Mate ?riels et me ?thodes : Cette e ?tude incluait 994 patients rec ?us pour suspicion de mycose cutane ?o-ungue ?ale au laboratoire de parasitologie et mycologie du CHU Le Dantec, durant une pe ?riode allant de janvier 2008 a` de ?cembre 2015. Chacun de ces patients a be ?ne ?ficie ? d’un examen direct, d’une culture mycologique et d’une identi- fication distinguant C. albicans des autres Can- dida. Re ?sultats : L’aˆge me ?dian des patients e ?tait de 34 ans avec un e ?cart interquartile de 25 ans. Sur ces 994 patients, 613 avaient un pre ?le`vement cutane ? et/ou ungue ?al positif avec au moins un champi- gnon isole ?. Les champignons isole ?s et identifie ?s e ?taient par ordre de ?croissant : les Candida (63,1 %), les dermatophytes (28,4 %) et les moi- sissures (8,5 %). Les Candida occupaient la pre- mie`re place des champignons agents de mycoses cutane ? o-ungue ? ales. Trois cent quatre-vingt-sept (387) Candida ont e ?te ? isole ?s et identifie ?s, soit une pre ?valence des candidoses cutane ?o-ungue ?ales de 38,9 %. Ces dernie`res e ?taient plus fre ?quentes chez les femmes (72 %) que chez les hommes (28 %) et un peu plus de la moitie ? de ces infections (50,1 %) atteignaient les adultes aˆge ?s de 31 et 60 ans. En fonction de la dure ?e de l’affection, 76,3 % des patients pre ?sentaient une candidose cutane ?e et/ou ungue ?ale d’une dure ?e supe ?rieure a` un an. Les candidoses ungue ?ales (65,24 %) e ?taient plus retrou- ve ?es que les candidoses cutane ?es et les deux e ?taient associe ?es dans 5,17 %. Candida albicans e ?tait l’espe`ce majoritairement isole ?e avec 80 % des Candida. Conclusion : Nos re ?sultats renforcent l’importance de la confirmation mycologique du diagnostic. Le laboratoire de mycologie joue un roˆle primordial pour poser le diagnostic diffe ?rentiel avec les autres dermatoses d’aspect clinique similaire et orienter le choix the ? rapeutique.


Auteur(s) : Diongue K, Baha Z, Seck M.C, Ndiaye M, Diallo M.A, Ndiaye D
Pages : 390-394
Année de publication : 2018
Revue : Médecine et Sante ? Tropicales
Type : Article
Mise en ligne par : SECK Mame Cheikh