Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« L’économie ivoirienne, un modèle productif sous-régional d’inspiration coloniale (1893-2000)

Dans un contexte actuel d’une crise terminologique de l’expression « pays-sous développé », de la désaffection relative et des controverses que celle-ci connaît, cet article tente d’étudier le modèle productif de la Côte d’Ivoire, pays qui, dès les indépendances, s’est attelé à rompre avec l’isolement et les incertitudes. Basé essentiellement sur l’exploitation et l’exportation des produits du secteur primaire, le « miracle ivoirien » va connaître un « boom économique » à partir de 1960 avant de s’émousser du fait de la crise économique des années 1980. Confronté à un déséquilibre macroéconomique dû à la prééminence du secteur agricole assujetti au capitalisme financier et à la dépendance technique étrangère, l’élan de l’économie ivoirienne bien qu’apprécié en Afrique de l’Ouest, va subir au lendemain de la mort du président Félix Houphouët-Boigny, crises conjoncturelles, tensions politiques et conflits interethniques. Loin d’être statique ou endormie dans le morne état des semi-échecs, malgré l’emprise des luttes intestines, la Côte d’Ivoire a su miraculeusement, garder le cap d’un modèle productif sous régional affirmé.


Auteur(s) : Daouda DIOP
Pages : pp. 8-31.
Année de publication : 2019
Revue : Aegyptia, Revue africaine de philosophie et des sciences de l’homme
N° de volume : 4
Type : Article
Mise en ligne par : DIOP Daouda