Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

L’expression de la probabilité dans la Grammaire anglaise moderne

L’objectif de cet article est d’étudier l’expression de la probabilité dans la grammaire anglaise moderne. La notion de probabilité est un concept qu’on exprime à travers la modalité épistémique dans laquelle l’énonciateur fait une estimation des chances de réalisation de la relation entre le sujet grammatical et le prédicat. Autrement dit, l’énonciateur fait un calcul sur le degré des chances de réalisation de la relation prédicative. Ainsi, pour exprimer une telle notion, l’anglais utilise certains auxiliaires modaux tels que May, Might, Must, et Can et d’autres opérateurs de modalité tels que « Be likely to ». Ce faisant, un travail de recherche a été effectué en amont dans des centres de recherches et dans des bibliothèques pour avoir un corpus à traiter et à analyser. Cependant, l’analyse a montré que ces opérateurs de modalité épistémique peuvent être employés pour exprimer la probabilité, mais de façons différentes. MAY est un auxiliaire qui s’emploie souvent pour exprimer une possibilité ou une permission. Mais quand il est employé dans sa forme épistémique l’énonciateur donne son point de vue ou son jugement sur les possibilités ou les chances de réalisation de la relation prédicative. Quant à MIGHT qui est considéré par certains érudits comme le prétérit de MAY, nous avons remarqué qu’il est employé quand l’énonciateur veut exprimer les chances ou le degré de chances de la réalisation de la relation. MUST, en ce qui le concerne, est employé à la fois de manière déontique et épistémique. Mais c’est dans son emploi épistémique (toujours à la forme affirmative) qu’il exprime la probabilité car c’est à cet effet que l’énonciateur présente la validation de la relation en termes de calcul effectué sur le degré de probabilité de la réalisation de l’événement, comme provenant d’une nécessité absolue. CAN, quant à lui, ne peut exprimer la probabilité que s’il est combiné avec « not ». L’énonciateur, en faisant une observation de l’énoncé qui est nécessairement une reprise, fait un calcul sur les chances de la non réalisation de la relation prédicative. Avec l’expression BE LIKELY TO qui est un opérateur de modalité, l’énonciateur, qui se base sur ce qu’il a observé, connu ou ressenti, fait un calcul sur les chances de la réalisation de la relation prédicative qu’il considère comme vraie ou fausse.


Auteur(s) : Jean Christophe FAYE
Année de publication : 2019
Type : Article
Mise en ligne par : FAYE Jean Christophe