Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

Tense and Modality in Kwame Nkrumah’s Speech (May 1963)

L’objectif visé dans ce présent article est d’étudier le temps (grammatical) et la modalité dans le discours de Kwame Nkrumah, délivré en mai 1963 lors de la rencontre des Chefs d’Etat et de gouvernements africains. Durant cette occasion historique, Nkrumah a fait usage du temps (grammatical) et de la modalité pour exprimer son point de vue par rapport à la validation de la relation prédicative, à l’évaluation de la situation des chefs d’Etats, à la création de l’Unité Africaine et aux conséquences qui pourraient résulter de cette unité. En plus, il a exprimé son engagement, sa détermination et a donné des conseils pour mettre fin à la situation qu’ils enduraient. Cependant, en plus du discours qui nous servi de corpus, des recherches ont été aussi menées. A cet égard, l’étude nous a permis d’avoir ces résultats suivants: Quant au temps grammatical, qui est une catégorie qui exprime une référence temporelle par rapport au moment de l’énonciation, il a été employé pour exprimer une relation prédicative. Ainsi, ce ne sont pas tous les temps qui sont étudiés dans cet article mais certains comme le « simple present », le « present perfect » et le « prétérit ». Nkrumah a employé le « simple present » pour valider la relation prédicative au moment de l’énonciation. Autrement dit, il a fait recours à ce temps pour faire savoir (ou croire) que ce qu’il disait était vrai, réel au moment de sa prise de parole. A travers le « present perfect » qu’il a employé, Nkrumah a fait une évaluation de la situation des chefs d’Etats et de gouvernements africains. Qui plus est, l’emploi de ce temps lui a permis de parler des résultats qui pourraient résulter de cette unité ou désunion africaine. En ce qui concerne le « preterit » qui est un temps du passé, il a été employé pour faire référence aux événements situés dans le passé par rapport au moment présent. Quant à la modalité qui est une catégorie grammaticale qui est étroitement liée au temps (grammatical) et à l’aspect (selon Palmer), Nkrumah en a fait usage pour montrer son attitude, sa position par rapport aux relations prédicative et intersubjective. Cependant, seuls les opérateurs MUST, SHALL, SHOULD et CAN ont été en mise dans cette étude. Ce qui a permis à l’énonciateur d’exprimer l’obligation qu’il a imposée aux chefs d’Etats, son engagement, sa détermination, sa proposition, son calcul sur le degré de probabilité, pour l’obtention d’une libération parfaite du continent africain.


Auteur(s) : Jean Christophe FAYE
Pages : 1467-1475
Année de publication : 2018
N° de volume : Volume-3, Issue-12 (Dec, 2018)
Type : Article
Mise en ligne par : FAYE Jean Christophe