Accueil > Résultats de la recherche > Suite de la publication

« Le transformisme dans Kétala (2006) de Fatou Diome : une auto censure ? »

Le transformisme est une pratique qui donne la possibilité à un auteur de changer constamment de forme. Expérimenté pour la première fois par Léopoldo Frégoli, repris par Vincent Colonna, cette façon de s’auto-représenter est un moyen de mettre en évidence les différentes facettes de l’individu. Dans le champ autobiographique africain d’expression française, le recours à un tel procédé est loin d’être fortuit. Il permet tout simplement à l’intimiste de masquer son identité afin de ne pas être critiqué. Kétala de Fatou Diome rend justement compte de cet exercice de camouflage auquel se livre l’autobiographe africain. Par le biais du « kétala » des objets, la narratrice revient sur le parcours d’une femme. Seulement, en conférant à ces objets la faculté de parler, elle inscrit le récit dans un merveilleux où la liberté de ton est toléré. Toutefois, cette liberté de ton masque mal une auto-censure dans la mesure où la société aurait mal interprété la mise en scène d’un sujet qui cherche à se présenter comme une référence.


Auteur(s) : Moussa SAGNA
Pages : pp. 151-166.
Année de publication : 2014
Revue : Revue Sénégalaise de Langues et de Littérature,
N° de volume : nos 6-7
Type : Article
Mise en ligne par : SAGNA Moussa